Réjean Hébert et Renelle Anctil s'unissent pour démystifier l'homosexualité

C'est sous la présidence d'honneur de Dr Réjean... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

C'est sous la présidence d'honneur de Dr Réjean Hébert, professeur et ancien ministre de la Santé et des services sociaux, et de Renelle Anctil, copropriétaire du RONA L'entrepôt de Sherbrooke que le Groupe régional d'intervention sociale de l'Estrie a lancé sa campagne de financement.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) C'est autour de la table, lors d'un repas de Pâques il y a quelques années, que Réjean Hébert a annoncé à ses enfants qu'il est homosexuel.

«J'avais 40 ans quand je me suis révélé que je suis homosexuel. Ce moment pour moi a été un grand soulagement», a raconté l'ancien député de Saint-François non sans émotion, lors du lancement de la campagne de financement du Groupe régional d'intervention sociale de l'Estrie (GRIS Estrie).

«Mes enfants étaient jeunes. Ils m'ont demandé si j'allais continuer à les aimer quand même. J'ai répondu évidemment que oui. Mes enfants sont partis jouer dans le sous-sol. Moi j'ai continué à pleurer assis à la table de la cuisine.»

C'est pour soutenir les interventions de démystification de l'homosexualité et de la bisexualité que l'ancien ministre de la Santé et des services sociaux a accepté d'être président d'honneur, avec la femme d'affaires Renelle Anctil, de la campagne de financement du GRIS Estrie.

Mme Anctil, copropriétaire du RONA L'entrepôt de Sherbrooke, mentionne qu'elle a eu la chance de grandir dans une famille où l'homosexualité est bien acceptée. Ce n'est toutefois pas le cas partout dans notre société, dit-elle.

« Chez moi, le fait que je suis en couple avec une femme a été très bien accepté. En échangeant avec les gens du GRIS Estrie, on se rend compte que c'est loin d'être le cas pour tout le monde. J'ai envie de donner au suivant et que les gens connaissent cet organisme qui peut faire une grande différence.»

«Ce que j'aime avec le GRIS c'est que l'organisme fait des efforts de prévention auprès des jeunes. Je crois que c'est important dans notre société de prévenir avant de guérir. L'approche en est une sous forme de formation. La structure est légère. C'est très concret comme démarche, mentionne-t-elle. Même que les écoles appellent le GRIS pour que ses intervenants viennent voir les jeunes.»

En quelques mois seulement, l'organisme a rejoint près de 1500 jeunes en milieu scolaire par le biais des interventions données par les intervenants du GRIS Estrie. « Aujourd'hui, nous faisons appel à la population estrienne afin de nous aider à financer la coordination des interventions, nos services de référencement, les frais de formation et les déplacements de nos intervenants bénévoles», enchaîne Myriam Pelletier Gilbert, fondatrice et présidente du GRIS Estrie.

« Notre campagne pour 2015 nous permettra de poursuivre nos interventions de démystification de l'homosexualité et de la bisexualité, qui contribuent à lutter contre l'intimidation et l'homophobie.»

La campagne se déroulera jusqu'au 23 mai. L'objectif est de 20 000 $. On peut soutenir la cause, entre autres, en se procurant des gants de jardinage au RONA de Sherbrooke.

Un spectacle d'humour-bénéfice réunissant Mariana Mazza et le duo Sexe Illégal se tiendra le 23 mai à la salle Alfred-DesRochers du Cégep de Sherbrooke. Les billets sont en vente à l'adresse www.grisestrie.org au coût de 35 $. On peut également se rendre sur le site web pour faire un don ou pour acquérir un article promotionnel à l'effigie de l'organisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer