CCF : les membres ne veulent pas de fusion

Les membres de la Chambre de commerce de Fleurimont (CCF) ne veulent pas d'une... (IMACOM, Jessica Garneau)

Agrandir

IMACOM, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les membres de la Chambre de commerce de Fleurimont (CCF) ne veulent pas d'une fusion avec la Chambre de commerce de Sherbrooke (CCS). Le président de la CCF Janick Anctil en a fait l'annonce vendredi lors d'une rencontre avec la présidente de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) Françoise Bertrand.

« Nous avons mené un sondage auprès de nos membres et l'option de la fusion est écartée. Les résultats du sondage seront dévoilés jeudi prochain », a mentionné M. Anctil.

Le taux de participation au sondage serait de 51 %. Les résultats montreraient clairement que les membres de la CCF déserteraient en cas de fusion. « Il est clairement établi que la fusion serait néfaste. Les gens d'affaires retourneraient chez eux et on ne les reverrait jamais. J'aurais aimé un taux de participation de 60 ou 70 %, mais c'est quand même déjà mieux que la participation aux élections municipales » , relève Janick Anctil.

Le président de la CCF laissera ainsi la poussière retomber après le dévoilement des résultats et il tendra la main à la Chambre de commerce de Sherbrooke pour travailler en partenariat sans réaliser de fusion. « Nous tenterons une approche pour relancer un comité de bon voisinage. Il faut que la volonté vienne des deux bords. »

La réunion de vendredi, qui a duré une heure, avait par ailleurs pour objectif de discuter pour mieux cerner ce que sont les activités de sollicitation pour une chambre de commerce. La FCCQ avait récemment intimé la CCF de cesser sa sollicitation sur le territoire sherbrookois sans quoi elle pourrait être expulsée du regroupement.

« Nous voulions savoir en quoi nous contrevenions à loi. En quoi consiste de la sollicitation? Mme Bertrand précisera quelques paramètres. Nous sommes à une époque de médias sociaux. Nous n'interpellons pas les gens pour qu'ils deviennent membres de la CCF, mais quand ils nous écrivent sur Facebook, nous répondons. Nous avons fait un test avec cinq chambres de commerce, en demandant de l'information par Facebook, et les cinq ont répondu... »

La Chambre de commerce de Fleurimont étudiera maintenant ses options, à savoir si elle demeure au sein de la Fédération ou si elle poursuit ses activités sans elle. « Avec la Fédération ou pas, on demeurerait une chambre de commerce. Ce qu'on perdrait, ce serait quelques avantages du point de vue des assurances. Mais seulement 12 % de nos membres sont avec nous pour les avantages des assurances. Il reste que notre plan A est de demeurer avec la Fédération, qui a une très bonne force de frappe. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer