L'étau se resserre sur les contribuables

Claudelle Cyr, du Regroupement des organismes en santé... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Claudelle Cyr, du Regroupement des organismes en santé et services sociaux de l'Estrie, et plusieurs acteurs du milieu sociocommunautaire sherbrookois ont écouté attentivement hier le dévoilement du budget Leitao.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Le budget Leitao a vivement déçu le milieu sociocommunautaire sherbrookois, qui y voit une autre série de mesures néolibérales destinées à resserrer l'étau sur les contribuables et les services sociaux, tout en allégeant le fardeau des grandes entreprises déjà parmi les moins taxées au Canada.

Dans le domaine de la santé et des services sociaux, le budget Leitao aura pour effet d'accroître la place du privé, prévient Mélissa Gaouette, de la Centrale des syndicats nationaux (CSN) qui représente une majorité de travailleurs oeuvrant dans ce secteur.

«Le réseau était déjà sous-financé à 4,2 pour cent. Et là, on nous annonce (une hausse de) 1,4 pour cent. Juste pour maintenir les coûts de système, ça prend des augmentations de 4,7 pour cent par année. C'est vraiment catastrophique! Et cela vient s'ajouter aux gels de salaires pour les deux prochaines années. Ces gels de salaires vont créer une pénurie de main-d'oeuvre, qui va ouvrir toute grande la porte au privé», entrevoit Mélissa Gaouette.

Logement social

Si les craintes entourant la disparition du programme AccèsLogis ont été dissipées, le budget Leitao ne répond toujours pas aux attentes en matière de construction de logements sociaux, a déploré Alain Roy, porte-parole du groupe de défense des droits des locataires, en faisant référence au supplément au loyer privé.

«Le supplément au loyer privé ne permet pas de construire de nouveaux logements ni d'améliorer le milieu de vie des gens; au contraire, ça risque seulement d'inciter les propriétaires à augmenter davantage les loyers», a noté en substance M. Roy.

Désengagement

Cela dit, l'atteinte de l'équilibre budgétaire ne signifie pas pour autant la fin des mesures d'austérité, croit pour sa part Mylène Boisvert, de Solidarité populaire Estrie.

«Le gouvernement l'a dit : il ne recule pas, il poursuit ce qu'il a entrepris. Quatre-vingt-dix pour cent de la population va devoir continuer d'absorber, pendant que les plus riches et les grandes entreprises s'enrichissent. Le tissu social était en en train de s'effriter. Maintenant, c'est la détresse qui va s'accentuer.»

Plusieurs porte-parole des milieux sociocommunautaires, syndicaux et de l'éducation ont promis de talonner le gouvernement libéral sur les mesures d'austérité contenues dans le budget Leitao. Plusieurs manifestations sont d'ailleurs prévues au cours des prochains jours, dont une dimanche au Club de golf de Sherbrooke où le premier ministre Couillard doit assister à un colloque du Parti libéral.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer