Accès à l'avortement: un rassemblement s'est rapidement organisé

La nouvelle de la possible réduction de l'accès aux avortements au Québec par... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La nouvelle de la possible réduction de l'accès aux avortements au Québec par le gouvernement de Philippe Couillard a mis le feu aux poudres.

L'organisme ConcertAction femmes Estrie et le Collectif pour le Libre Choix ont spontanément organisé un rassemblement intitulé «Pas touche à mon utérus!» afin de dénoncer cette éventualité. Les interruptions volontaires de grossesse (IVG) pratiquées par les médecins ne doivent pas être soumises au projet de loi 20, lancent les organisateurs.

Les déclarations du gouvernement du Québec mercredi assurant qu'il ne va ni directement, ni indirectement limiter l'accès à l'avortement n'ont pas calmé les ardeurs.

On apprenait que l'ébauche d'un règlement évoquait une limite annuelle de 504 avortements par médecin pratiquant en cabinet solo ou dans les Groupes de médecine familiale (GMF), un chiffre qui a depuis été porté à 1008. Des intervenants y ont vu une volonté du ministre d'entraver l'accès à l'avortement.

«En effet, dans un document de travail ministériel, on apprend que les avortements ne seront plus considérés comme des activités médicales prioritaires (AMP) et qu'un nombre limité d'IVG devra être pratiqué par les médecins», déclarent ConcertAction femmes Estrie et le Collectif pour le Libre Choix dans un communiqué de presse.

«De plus, rappelons que le Parti libéral du Québec a refusé de donner son consentement à la motion disant ''Que l'Assemblée nationale réitère le droit de toute femme de disposer de son corps et de services d'avortement gratuits et accessibles ''.»

Les organismes exigent du gouvernement le retrait de toute mesure du projet de loi 20 qui pourrait restreindre l'accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée, limitant de quelque façon que ce soit ces droits.

Le rassemblement aura lieu lundi devant le palais de justice de Sherbrooke, sur la rue King Ouest, à 17h.

On attend plusieurs personnes. La page Facebook de l'événement avait recueilli près de 500 mentions jeudi après-midi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer