Front commun de trois ordres professionnels contre un naturopathe

Trois ordres professionnels font front commun pour obtenir qu'un Sherbrookois... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Trois ordres professionnels font front commun pour obtenir qu'un Sherbrookois cesse d'effectuer certaines manipulations réservées à leurs membres.

Dans un rare geste concerté, les ordres des physiothérapeutes et des chiropraticiens du Québec et le Collège des médecins du Québec ont demandé une injonction afin d'interdire au naturopathe Arnaud De Sorgher de pratiquer.

«Il ne fait pas partie d'un ordre professionnel, donc il ne peut pas pratiquer. Nous demandons qu'il mette fin à ses manipulations», commente Denis Pelletier, président de l'Ordre des physiothérapeutes du Québec.

«C'est la première fois que les trois ordres s'unissent de la sorte. Comme il n'a pas voulu s'inscrire à un ordre professionnel, il n'a pas le droit d'exercer. Nous prétendons qu'il n'a pas les compétences pour le faire.»

«On doit conclure à un lien entre la manipulation et l'anévrisme de l'artère vertébrale.»


Les trois ordres ont été mis au fait des agissements de M. De Sorgher récemment. Le coroner Gilles Sainton a produit un rapport à la suite du décès d'Angèle Langlois, survenu le 19 novembre 2014. La Sherbrookoise de 61 ans a consulté le naturopathe en raison de douleurs cervicales et dorsales.

Arnaud De Sorgher «fait des manipulations cervicales» et d'autres «qu'il qualifie d'ostéopathiques», lit-on dans le rapport du coroner.

La patiente est entrée chez elle, mais est décédée par la suite. Le rapport fait un rapprochement entre cette mort et les gestes posés par le naturopathe. «On doit conclure à un lien entre la manipulation et l'anévrisme de l'artère vertébrale».

«Il s'agit d'un décès accidentel secondaire à une rupture d'une artère vertébrale. La formation et la technique du professionnel qui a fait cette manipulation sont questionnées; c'est pourquoi, pour une meilleure protection de la vie humaine, je recommande à l'Académie des naturopathes et naturothérapeutes du Canada de déterminer si l'évaluation et les techniques utilisées par le naturopathe sont conformes aux pratiques et recommandations en vigueur et au Collège des médecins, à l'Ordre des chiropraticiens du Québec et de l'Office des professionnels du Québec de prendre connaissance de ce dossier.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer