Salon national de la pourvoirie : «On est là pour rester!»

Étant donné le contexte économique un peu morose, le promoteur Gaétan Mondoux... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Étant donné le contexte économique un peu morose, le promoteur Gaétan Mondoux s'attendait à constater une baisse d'achalandage au Salon national de la pourvoirie de Sherbrooke. Cependant, dimanche, après les quatre jours d'exposition au Centre de foires, il a été heureux de constater que les chiffres ressemblaient à ceux de l'an dernier.

«Je suis agréablement surpris, je pensais qu'il y aurait une baisse, mais la tendance se maintient. C'est surprenant!» a-t-il lancé.

Il faut dire que l'offre de services à explorer était vaste : l'espace commercial était rempli «à 105 %», assure le promoteur. Certains kiosques étaient ainsi installés dans le corridor vitré plutôt que dans la grande salle.

«Et ce qu'on voit comme différence, c'est que cette année, les visiteurs sont vraiment des acheteurs», poursuit M. Mondoux.

Une tendance qui se confirme au kiosque de la Pourvoirie du Lac Saint-Pierre, qui est située à Saint-Ignace-de-Loyola. «Ç'a super bien été, meilleur que l'an passé! Pour l'intérêt des gens, c'était relativement similaire, mais on a eu plus de bookings», confie la propriétaire de l'endroit, Valéry Leclerc.

Et les retombées du Salon devraient manifestement continuer à se faire sentir dans les prochains temps. «La plupart des gens ne réservent pas sur place, mais ils prennent les informations et rappellent après», dit-elle.

Éric Laroche, un chasseur de Windsor, visitait le Salon hier pour la première fois. «Je viens voir un peu de tout, mais surtout les pourvoiries, ce qu'elles ont à proposer», dit-il. La pourvoirie L'Auberge La Barrière, à Sainte-Émélie-de-l'Énergie, lui avait particulièrement tapé dans l'oeil.

Pour sa part, Éric Larochelle, d'Ayer's Cliff, visite le Salon tous les deux ou trois ans. Il vient plus pour voir les accessoires que pour se magasiner une pourvoirie. «À date, il n'y a rien que je n'ai pas aimé. Je suis content d'avoir vu de nouveaux types de véhicules nordiques que je ne connaissais pas avant, et les nouvelles arbalètes de Lachance Chasse et Pêche», a-t-il affirmé.

Du côté de ce dernier commerce, justement, la longue fin de semaine de représentation avait été fort appréciée. «C'est très, très bien! On aime l'ambiance, les gens sont très sympathiques et le service à la clientèle est agréable à faire», a mentionné Diane Mathieu, conjointe du propriétaire Jean-Guy Lachance.

Il s'agissait de la 22e édition du Salon à Sherbrooke. De toute évidence, celui-ci sera de retour l'an prochain. «On est là pour rester!» assure Gaétan Mondoux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer