Pont des Grandes-Fourches : les sommes sont déjà réservées

Le projet de reconstruction du pont des Grandes-Fourches n'apparaît pas dans la... (IMACOM, René Marquis)

Agrandir

IMACOM, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le projet de reconstruction du pont des Grandes-Fourches n'apparaît pas dans la liste des projets importants annoncés par le ministre des Transports Robert Poëti vendredi. C'est que les sommes ont déjà été réservées pour remplacer cette infrastructure qui atteindra la fin de sa vie utile en 2016.

«La réorganisation du secteur des Grandes-Fourches est un projet important pour la revitalisation du centre-ville de Sherbrooke. J'ai eu l'occasion d'en discuter avec le directeur du cabinet du ministre, avec le maire Bernard Sévigny également, et c'est un dossier que je suis activement», confie le député de Sherbrooke Luc Fortin.

«La somme de 10 M$ a déjà été budgétée précédemment. Depuis ce temps-là, la Ville a démontré la volonté de relocaliser le pont des Grandes-Fourches. Le gouvernement du Québec participera, quel que soit l'endroit où sera construit le pont, puisque l'enjeu est le même pour le gouvernement. Il y a des discussions entre la Ville et le MTQ parce que la déviation que la Ville souhaite faire amènera la démolition de deux infrastructures. La discussion porte sur un protocole d'entente à ce sujet.»

La réorganisation du secteur entraînera effectivement la démolition du viaduc de la rue Terrill et du pont d'étagement qui enjambe la voie ferrée à cet endroit. «Ce sont deux infrastructures sous la responsabilité du ministère des Transports et qui ont encore une durée de vie, contrairement au pont des Grandes-Fourches», explique M. Fortin.

«Il y a des coûts associés à la démolition des deux autres infrastructures. Les discussions se situent à ce niveau-là. Il faut ficeler le projet dans son ensemble avant de commencer. En général, les discussions vont rondement. Notre volonté est d'en arriver à une conclusion le plus rapidement possible puisque nous sommes conscients des enjeux qui concernent le tonnage et la sécurité sur le pont actuel.»

Rappelons qu'à la suite d'une inspection de la structure située au-dessus de la rivière Magog, le MTQ a imposé des restrictions quant aux limites de charges permises. La limite de charge est maintenant de dix tonnes pour un camion d'une seule unité (camion porteur), les semi-remorques et les trains routiers.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer