Un avenir moins sombre pour Le Tremplin 16-30

Le Tremplin 16-30 n'est peut-être pas complètement tiré d'affaire, mais... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Tremplin 16-30 n'est peut-être pas complètement tiré d'affaire, mais l'horizon est maintenant moins sombre, assure l'organisme qui vient notamment en aide aux jeunes marginalisés ou près de l'itinérance. Une subvention qui sera versée à compter de l'année financière 2015-2016 donnera un coup de pouce à l'organisation, qui dit avoir réussi à « stabiliser les difficultés financières de la dernière année ».

Les deux dernières années ont été difficiles : l'organisme a perdu pendant cette période environ 200 000 $, des fonds provenant tant du provincial que du fédéral. Des services permettant entre autres aux jeunes d'acquérir de l'expérience de travail ont dû être abandonnés, faute de moyens.

Le Tremplin, qui travaille auprès des jeunes âgés entre 16 et 30 ans, n'est pas encore sauvé, mais il va mieux, note le président du conseil d'administration du Tremplin, Pierre Lemoine. « On aimerait pouvoir le dire (qu'il est sauvé). »

L'organisme offre notamment du logement abordable avec soutien communautaire et une programmation socioculturelle; il compte 23 unités de logement.

« La situation est encore préoccupante », fait-il valoir.

À moyen terme, si les organismes subventionnaires demeurent au rendez-vous, les administrateurs ont bon espoir que le Tremplin passe à travers la tempête qui l'a secoué. À la suite de la crise financière qu'il a connu, différentes mesures ont été mises en place, dont la réorganisation du fonctionnement.

« Au cours des cinq prochaines années, on veut consolider les assises financières et ensuite, on espère redémarrer le développement. »

À compter de la prochaine année financière, l'organisme recevra un financement du Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) du CSSS-IUGS. L'aide devrait permettre d'ouvrir un poste à la direction; l'ancien directeur a quitté l'automne dernier.

L'Office municipal d'habitation de Sherbrooke et la Ville de Sherbrooke ont aussi offert leur soutien financier. Une campagne de financement qui s'est déroulée cet automne a permis d'amasser 68 000 $.

« On a besoin de financement autonome, indique Pierre Lemoine. Ce qu'on aimerait, c'est d'avoir le support d'entreprises qui pourraient réoffrir les services qu'on offrait. Ce sont des services qui donnaient de belles dynamiques. »

Le Tremplin vit grâce au montage financier de plusieurs organismes subventionnaires. Par ailleurs, l'administration lance un appel afin de recruter de nouveaux membres au conseil d'administration; quatre postes sont présentement vacants et doivent trouver preneurs d'ici le printemps 2015. « Ce sont des postes qui sont sur deux ans, ils demandent de 6 à 8 rencontres... Ce sont de beaux défis, car c'est une belle ressource. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer