La Ville incitera les entreprises à recycler et à composter

Dans son nouveau plan de gestion des matières résiduelles, la Ville de... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Dans son nouveau plan de gestion des matières résiduelles, la Ville de Sherbrooke portera une attention particulière aux institutions, commerces et industries (ICI), dont les performances n'étaient pas considérées jusqu'à maintenant dans l'atteinte des objectifs nationaux. La Ville travaille donc à se documenter sur les activités des ICI et pourrait proposer des projets pilotes pour favoriser le recyclage et le compostage.

« Jusqu'à maintenant, nous ne mettions l'emphase que sur le résidentiel parce que nous avons un certain contrôle sur les matières résiduelles qui y sont générées, notamment parce que nous en faisons la collecte », explique Francis Lepage, chef de la section de la gestion des matières résiduelles à la Ville de Sherbrooke.

« Les nouvelles exigences du ministère de l'Environnement disent que nous devons prendre en compte les performances des ICI. Il faut donc connaître leur travail et mettre en place des programmes qui leur permettront de faire le bon tri. Nous recommençons à peu près la même approche que nous avions mise de l'avant pour le résidentiel, mais cette fois pour sensibiliser les ICI. Ce n'est pas un problème, mais un défi. »

M. Lepage explique qu'il n'existait qu'un programme à la Ville qui touchait les ICI et il s'adressait aux plus petites entreprises. « C'est un programme auquel participent environ 300 ICI et qui consiste à leur charger 100 $ du bac roulant par année. Pour les autres, c'est à eux de gérer leurs propres matières avec l'entreprise privée. Les ICI ne paient pas de taxes municipales alors c'est pour ça que nous ne leur offrons pas le service de collecte. »

Concrètement, la Ville mettra sur pied un projet pilote sur les matières organiques au mois de juin. Il sera situé dans le stationnement de la Grenouillère, au centre-ville, et visera les commerçants de la rue Wellington. « Ça nous permettra de voir si c'est réaliste, si ça représente un trop gros fardeau. Nous pourrons déterminer quelle approche doit être privilégiée. »

Les nouvelles exigences du ministère permettront aux villes de mieux contrôler les matières résiduelles générées sur leur territoire. « Quand l'entreprise privée en dispose, parfois dans une autre ville, on en perd un peu la trace. »

L'objectif ultime serait de faire en sorte que les industries fassent leur propre tri à la source. Il n'est pas exclu de municipaliser les collectes. Les coûts d'une telle mesure n'ont pas encore été évalués.

La Ville évaluera par ailleurs cet été les résultats de l'implantation de bacs pour la collecte de matières résiduelles dans les édifices de cinq à neuf condos et les édifices de cinq logements.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer