Les AmiEs du bois des Deux-Ruisseaux déçus

Marc-André Paquette... (Archives La Tribune)

Agrandir

Marc-André Paquette

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les AmiEs du bois des Deux-Ruisseaux ne sont toujours pas convaincus des efforts de la Ville de Sherbrooke pour protéger le ruisseau Dodds, situé dans le secteur de l'école du Touret. Après une nouvelle rencontre tenue récemment entre les deux parties, ceux qui militent pour la sauvegarde du ruisseau se disent tristes et déçus.

À l'issue d'une première discussion avec la Ville en janvier, le porte-parole du groupe, Marc-André Paquette, avait convenu de faire confiance aux autorités municipales quant au développement immobilier projeté près du ruisseau. Deux mois plus tard, il change son fusil d'épaule.

« Ils nous ont présenté un nouveau plan de lotissement qui sera fort probablement présenté au comité consultatif d'urbanisme. Nous nous opposons à ce plan de lotissement. Le projet empiète largement sur la forêt mature [...]. Ce projet affectera grandement la beauté et l'unicité de cet endroit exceptionnel et magique », réagit-il.

M. Paquette rappelle avoir participé à un grand nombre de consultations publiques en plus d'avoir déposé une pétition de plus de 700 noms au conseil municipal en 2009. Une nouvelle pétition en ligne lancée en décembre a recueilli plus de 1000 signatures.

« Quelle place véritable les citoyens ont-ils au sein des instances de consultation publique? Malgré notre grande participation à ces outils de consultation [...] les résultats sont extrêmement décevants. Une fois les terrains vendus à des particuliers, plus jamais la forêt ne reviendra. La Ville de Sherbrooke aurait dû avoir une vision à long terme. [...] La Ville de Sherbrooke aurait dû envisager la possibilité que cette partie unique de la forêt soit acquise un jour pour devenir un héritage pour les citoyens de demain. »

M. Paquette formule aussi une question pour la Ville de Sherbrooke. « Quels intérêts ont poussé les élus et les fonctionnaires de la Ville de Sherbrooke à pencher pour l'intérêt du promoteur et à intégrer ce terrain au périmètre d'urbanisation du nouveau schéma d'aménagement sans avoir garanti au préalable la protection de cet endroit? »

Appelé à commenter, le conseiller Jean-François Rouleau a précisé que le dossier se trouvait sous le sceau de la confidentialité. « Ce sont des rencontres préparatoires. Le dossier sera soumis au comité consultatif d'urbanisme avant d'être rendu public. Le travail se poursuit encore actuellement entre les services et le promoteur. La cession projetée par le promoteur est d'une superficie beaucoup plus importante que ce qui est requis aux fins de parc. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer