Le plateau Saint-Joseph pas assez achalandé?

La pertinence du plateau Saint-Joseph doit-elle être remise en question? Pôle... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La pertinence du plateau Saint-Joseph doit-elle être remise en question? Pôle commercial suprarégional, le plateau se classe derrière le Carrefour de l'Estrie, le Centre Sherbrooke et le pôle commercial de Rock Forest à titre de générateur de déplacements, selon l'enquête Origine-Destination réalisée en 2012 et publiée cette semaine par le ministère des Transports du Québec.

Louisda Brochu... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Louisda Brochu

Archives La Tribune

Le Carrefour de l'Estrie est considéré comme la plus importante zone de déplacements, en comptant 15 600 par jour. Les deux pôles commerciaux qui suivent génèrent 3100 déplacements quotidiennement, contre 2900 pour le plateau Saint-Joseph.

Le président et le directeur général de Commerce Sherbrooke, Louisda Brochu et Gilles Marcoux, n'y voient pas de raisons de paniquer.

«Je ne suis pas vraiment surpris. Les gens qui s'y rendent viennent beaucoup de l'extérieur, entre autres de Drummondville et même Lac-Mégantic. Nous avons un rayonnement de 325 000 de population. C'est fait pour ça un pôle suprarégional, alors ce n'est pas étonnant que les gens de la ville y aillent moins», réagit Louisda Brochu.

L'enquête en question a été menée sur le territoire de la région métropolitaine de recensement de Sherbrooke, qui regroupe plus ou moins 200 000 citoyens. Certaines municipalités ont été ajoutées, comme Windsor, East Angus et Martinville. Les villes de Drummondville et Lac-Mégantic n'ont pas été considérées dans les statistiques.

L'ajout de restaurants sur le plateau permettrait-il d'augmenter l'achalandage dans ce secteur? «Nous ne voulons pas de restaurants de destination. L'idée, ce n'est pas que les gens du centre-ville se rendent au plateau juste pour aller au restaurant...», précise M. Brochu.

Gilles Marcoux fait écho à son président, même s'il avoue être surpris que les statistiques ne soient pas plus élevées. «C'est surprenant, mais les chiffres datent de 2012. La desserte de transport en commun n'est pas très élevée sur le plateau, en comparaison avec le Carrefour, où le terminus est bien développé.»

«On ne souhaite surtout pas que les résidants du centre-ville se rendent au plateau pour prendre le thé»


M. Marcoux continue de croire à la pertinence du plateau Saint-Joseph. «J'y crois. Il va rester des pôles de cette nature et ils s'adapteront pour adopter de nouvelles tendances. Je crois beaucoup aux commerces de proximité, mais aussi aux commerces de destination. La vision commerciale dont nous nous sommes dotés est encore bonne. Il y a une concentration intéressante de magasins de meubles au plateau. Ce serait une erreur d'y mettre un hôtel, de petites boutiques ou des restaurants. Nous voulons trouver un équilibre. On ne souhaite surtout pas que les résidants du centre-ville se rendent au plateau pour prendre le thé.

«L'avenir passe probablement davantage par une densification résidentielle autour du pôle commercial. Aujourd'hui, nous cherchons la mixité des usages. La Plaza Rock Forest en est un bon exemple. Nous avons développé des aménagements de qualité dans un milieu résidentiel qui permet de maximiser le transport», illustre M. Marcoux avec confiance.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer