Des alliés pour affronter le cancer

Lynda Gilbert et sa fille Sarah-Maude mènent une... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Lynda Gilbert et sa fille Sarah-Maude mènent une courageuse lutte contre le cancer. La dame peut aussi compter sur les précieux bénévoles de la Rose des vents, qui sont devenus sa deuxième famille.

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) Lynda Gilbert a traversé des années difficiles jusqu'à ce qu'on lui diagnostique un cancer du poumon à la fin de l'été dernier.

«À partir de là, tout a déboulé du bon côté», témoigne son amoureux François, qui est entré dans sa vie deux semaines à peine avant cette terrible découverte.

Mme Gilbert, une dame de 48 ans mère monoparentale d'une grande fille de 17 ans, n'en a pas terminé avec sa traversée du désert, loin de là, mais elle connaît maintenant l'ennemi et elle lutte avec les meilleurs alliés.

«Je ne ferai pas partie des statistiques, affirme-t-elle avec assurance. Je ne suis pas prête à partir. J'ai une fille que je veux voir vieillir. On va passer à travers, je n'ai pas le choix!»

Éducatrice spécialisée de métier, Mme Gilbert a été hospitalisée à quelques reprises ces dernières années pour différentes manifestations de troubles neurologiques qui ont affecté ses jambes - elle doit utiliser une marchette pour se déplacer -, sa main et son humeur notamment.

Les médecins ont eu beaucoup de peine à cerner le mal qui la rongeait, relate-t-elle. Jusqu'à cette ponction lombaire qui a permis de débusquer un cancer qui s'était logé dans un poumon. Un cancer à petites cellules, le plus agressif des cancers du poumon.

««On te prend tout de suite», m'a dit mon médecin. Et j'ai été hospitalisée souvent parce que la chimiothérapie me rendait trop malade», raconte-t-elle.

Puis il y a eu de la radiothérapie, pour être sûrs d'éradiquer toute trace de cancer.

«On devient très fatigué et on oublie des choses. Je dors beaucoup, je pourrais dormir 20 heures par jour!»

Mais à force de batailler et d'y croire, le cancer a reculé. Lynda Gilbert est en rémission depuis trois semaines et se réjouit de voir que sa jambe va mieux et qu'elle pourra bientôt conduire à nouveau sa voiture.

«Je ne me fais pas d'illusions, je vais avoir le cancer pour le reste de ma vie. C'est comme un alcoolique, c'est là, mais je ne sais pas si j'en ai pour cinq ou dix ans avant la prochaine éclosion... Il va falloir que je fasse attention toute ma vie.»

«Je connaissais l'organisme; je savais les services qu'ils offrent. Certains les confondent avec la Maison Aube-Lumière, mais moi je savais qu'ils pouvaient m'aider.»


Entourée de sa fille Sarah-Maude, de son François si attentionné et de sa grande amie Monique, elle raconte avec de l'espoir plein les yeux. Elle dira les amis et l'oncle qui l'ont aidée, elle dira aussi à plusieurs reprises combien les bénévoles de la Rose des vents ont été - et sont - de précieux alliés dans son combat pour la vie.

«Je connaissais l'organisme; je savais les services qu'ils offrent. Certains les confondent avec la Maison Aube-Lumière, mais moi je savais qu'ils pouvaient m'aider. On est chanceux de les avoir à Sherbrooke.»

Au fil de mois, les bénévoles de la Rose des vents l'ont accompagnée à ses rendez-vous médicaux et sont venus l'aider à la maison toutes les semaines.

«Tu tombes un peu des nues quand tu apprends que tu as le cancer. Tu ne veux pas nécessairement demander de l'aide à ta famille. Quand tu appelles à la Rose des vents, tu ne les déranges jamais, et ils connaissent toutes les ressources dont tu pourrais avoir besoin. Ils sont devenus comme ma deuxième famille.»

Histoire d'amasser des fonds et surtout de mieux faire connaître ses services, la Rose des vents est en campagne de financement de vendredi à dimanche. Dans une douzaine de commerces à Sherbrooke, des bénévoles offriront des roses vertes à 5 $ pour la cause. L'activité a été placée sous la présidence d'honneur de Martin Ratté, directeur général de la Caisse Desjardins du Nord de Sherbrooke.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer