Hydro: une hausse «excessive», dénonce l'ACEF

La hausse de tarifs autorisée par la Régie de l'énergie à Hydro-Québec est... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La hausse de tarifs autorisée par la Régie de l'énergie à Hydro-Québec est «excessive» aux yeux de l'Association coopérative d'économie familiale de l'Estrie (ACEF) de l'Estrie.

Sylvie Bonin... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Sylvie Bonin

Archives La Tribune

« La classe moyenne et les moins bien nantis seront les plus affectés », selon Sylvie Bonin, coordonnatrice de l'ACEF. « Plusieurs habitent des logements mal isolés. Les familles et les aînés passent plus de temps à la maison. Quand on chauffe toute la journée, la facture d'Hydro s'en ressent», ajoute-t-elle.

Elle rappelle aussi qu'un nombre sans précédent de ménages québécois peine désormais à acquitter la facture d'électricité. En effet, plus de 70 000 ménages ont été débranchés par Hydro-Québec en 2014, une augmentation de plus de 75 % par rapport à l'année précédente.

L'augmentation de 2,9 % accordée par la régie permettra à la société d'État d'aller chercher 301 millions $ de plus en 2015 à partir du 1er avril prochain. Une partie de la hausse a été répartie sur les années à venir.

De plus, il y aura une facture additionnelle de 222 millions $ que devront défrayer avec intérêts les clients d'Hydro au cours des années 2016 à 2020, dénonce l'organisme faisant partie de l'Union des consommateurs.

«La Régie de l'énergie a en effet reconnu pour Hydro-Québec l'équivalent d'une augmentation des tarifs de 5 %, mais accepté que le distributeur répartisse sur cinq ans les effets de cette augmentation. La portion de l'augmentation qu'elle n'imposera pas cette année sera appliquée sur la consommation future en y ajoutant des intérêts», soutient l'ACEF dans un communiqué de presse.

«Les montants différés que devra payer la clientèle à partir de 2016 n'empêcheront pas Hydro de demander de nouvelles hausses de tarifs pour les années suivantes, auxquelles s'ajouteront ces montants différés», explique Marc-Olivier Moisan-Plante, analyste en énergie à Union des consommateurs.

Cette hausse provient en bonne partie des achats d'électricité éolienne et des minicentrales, coûteux et inutiles, qui ont été imposés par le gouvernement, ajoute-t-on.

«La hausse est aussi due aux prix élevés facturés par Hydro-Québec Production à Hydro-Québec Distribution pour l'électricité qu'elle a fournie en période de pointe lors des vagues de froid de l'hiver 2014», dit-on.

Pour sa part, M. Moisan-Plante déplore que les ventes entre Hydro-Québec Production et Hydro-Québec Distribution échappent au contrôle de la Régie. « Le gouvernement devrait redonner à la Régie de l'énergie le pouvoir de fixer un prix de transfert juste et équitable entre les divisions d'Hydro-Québec», indique-t-il.

L'ACEF Estrie s'insurge de l'utilisation des tarifs d'un service essentiel comme mode de taxation déguisé. L'organisme croit que c'est par une fiscalité équitable que le gouvernement devrait chercher à équilibrer ses finances.

Hydro-Québec dégage des profits très importants de 3,38 milliards en 2014. Le gouvernement du Québec en a tiré des dividendes colossaux de 2,5 milliards, précise-t-on dans le communiqué de presse.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer