Les cols blancs pourraient être les plus touchés

Les cols blancs de la Ville de Sherbrooke pourraient être les plus touchés par... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les cols blancs de la Ville de Sherbrooke pourraient être les plus touchés par le plan d'optimisation des ressources et des dépenses qui sera présenté à tous les syndicats de la Ville ce mardi. C'est ce que croit leur représentant syndical Carl Veilleux.

« Il y a une raison majeure : couper chez les pompiers, les policiers ou les cols bleus pourrait avoir un impact direct sur la sécurité des citoyens. Quand on coupe dans les bureaux, selon la Ville, ça ne paraît pas sur les citoyens. Ces coupes que nous appréhendons entraîneraient des surcharges pour ceux qui restent. Nous nous retrouverions à travailler sous les ordres de deux ou trois personnes et le travail arriverait de partout », fait valoir M. Veilleux.

« Il est dérisoire de penser que de revoir les effectifs par l'entremise d'études effectuées par des directeurs généraux qui ne savent pas comment ça se passe sur le plancher, et encore moins ce que les employés font dans une journée, va se faire sans impacts majeurs. Personne ne me fera croire que les gestionnaires qui sont directement en lien avec leurs employés décideront de leurs besoins eux-mêmes et auront un mot à dire », s'inquiète-t-il.

Carl Veilleux note que 14 postes de cols blancs ont été abolis dans la foulée de la réforme des loisirs. Une dizaine d'autres ont toutefois été créés. « Sur le plancher, avec la réforme des loisirs, on se retrouve avec six fois le travail d'avant. La nouvelle organisation est pensée par des gens qui n'ont pas consulté ceux qui travaillent sur le terrain. »

Le représentant syndical des cols blancs faisait ces affirmations sans connaître encore le contenu du plan qui sera présenté aujourd'hui. « Selon nous, si on pense faire des économies, ce sera par des suppressions de postes. Les départs à la retraite, c'est bien beau, mais avec la refonte des régimes de retraite, certains pourraient décider de ne pas partir. Il y a de l'inquiétude parce que ce n'est pas vrai qu'on y arrivera juste avec les départs à la retraite. En conséquence, il y aura des permanents qui retomberont avec des affectations de temporaires. Syndicalement, nous regarderons ce qui respecte les conventions collectives, mais le ratio des coupes sera toujours plus important chez les cols blancs. »

M. Veilleux pense qu'il faudra aussi revoir l'organisation du travail chez les cadres.

« Nous comprenons très bien la façon de faire de l'organisation Sévigny de toujours essayer de menacer de hausser les taxes par la faute des conditions de ses employés. Dans une organisation municipale, il y a plus que les employés qui occasionnent des dépenses. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer