Rencontre avec la Ville: les syndicats avancent vers l'inconnu

Simon Gilbert... (Archives La Tribune)

Agrandir

Simon Gilbert

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Très peu d'information s'est rendue jusqu'aux syndicats de la Ville de Sherbrooke quant au contenu de la rencontre à laquelle ils sont convoqués mardi.

Rappelons que tous les représentants syndicaux ont été convoqués pour que l'employeur leur présente le plan d'optimisation des ressources et des dépenses. Il sera préalablement présenté aux élus ce lundi.

« Ils nous ont rencontrés l'an passé pour nous dire qu'ils mettaient ce chantier en oeuvre. Ce n'est pas une surprise. Nous avions été avertis. Nous ne pouvons qu'espérer qu'ils ne couperont pas dans la protection aux citoyens. Je serai présent pour les entendre », a commenté le représentant du syndicat des pompiers, Simon Gilbert.

Cette convocation n'entraîne pas d'inquiétudes chez les pompiers permanents. « Il y a toutefois des gens qui peuvent être inquiets. Nous comptons 30 temporaires au Service de protection contre les incendies. Si on coupe des postes par attrition, ce serait catastrophique pour eux et pour la sécurité des citoyens. Nous ne croyons pas que ça ira dans ce sens-là pour les pompiers. Nous avons espoir que la sécurité publique ne sera pas touchée. »

Le représentant du syndicat des cols bleus Mario Bernard avance avoir obtenu l'invitation dans un courriel qui n'était pas très détaillé.

« Il est question de l'optimisation des ressources pour les années 2015 à 2017. C'est sûr qu'il y a toujours une certaine inquiétude, mais nous ne croyons pas que les cols bleus seront les plus touchés. Il y aura peut-être plus un remaniement chez les fonctionnaires. Ce qui est certain c'est que chaque fois qu'un poste devient vacant, il est étudié pour savoir s'il peut être aboli », dit-il.

La rencontre de mardi survient alors que tous les syndicats sont en négociation pour le renouvellement de leur convention collective. « S'il y a des changements majeurs à négocier, nous nous assoirons à la table et nous négocierons », a ajoute M. Bernard.

Le président du comité exécutif Serge Paquin a affirmé jeudi dernier que « si rien n'était fait, nous nous dirigions vers une hausse de taxes importante qui dépasserait l'indice du prix à la consommation ». Il ajoutait qu'il n'était pas question de mises à pied massives.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer