Conduites gelées : des réparations souvent aux frais des citoyens

Une conduite d'eau gelée bloquant l'entrée d'eau potable dans une résidence ou... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Une conduite d'eau gelée bloquant l'entrée d'eau potable dans une résidence ou un commerce peut occasionner au propriétaire de l'endroit une facture totalisant plusieurs centaines de dollars.

Nombre de Sherbrookois ont dû avoir recours, dans les dernières semaines, aux services d'un plombier pour faire dégeler leurs tuyaux, la météo ayant été particulièrement rude pour le système d'aqueduc cette année.

Martial Ricard, propriétaire de la Plomberie La Goutte, située dans l'est de Sherbrooke, confirme que les deux machines qu'il possède pour dégeler des tuyaux sont très en demande ces temps-ci. Et toutes les réparations effectuées le sont sur les tuyaux des particuliers et entreprises, ceux qui appartiennent à la Ville devant être réparés par les équipes municipales elles-mêmes.

«Depuis deux ou trois semaines, on en fait beaucoup. Juste aujourd'hui, j'en ai fait environ 14 et j'ai même dû en refuser parce que mes machines étaient toutes occupées», affirmait M. Ricard vendredi.

Tout dépendant de l'ampleur du problème, la réparation peut prendre entre 10 minutes... et quelques heures. «Ça peut prendre autour de 2 h, 2 h 30, mais j'en ai un chez qui ç'a pris 4 h!» rapportait le plombier.

Avec un tarif à 80 $ de l'heure - 90 $ pour les industriels -, en plus des frais d'utilisation de la machine, la facture laissée au client oscille entre 180 et 350 $, estime M. Ricard, pour une moyenne d'environ 250 $.

Lorsque l'eau ne se rend plus à une résidence, le plombier doit tout d'abord déterminer si le gel est pris dans la partie des tuyaux qui appartiennent au propriétaire - en quel cas le plombier pourra donc régler le problème et laisser sa facture - ou à la Ville. «Pour le moment, ça commence à être moitié-moitié», dit le plombier.

Comme mentionné par La Tribune jeudi, les Sherbrookois sont nombreux cette année à avoir des problèmes de tuyaux gelés. «Cette année c'est de pire en pire... Depuis un mois, ça n'a pas arrêté. Mais s'il fait doux comme cet après-midi (vendredi) pendant une couple de jours, ça devrait arrêter», prévoit M. Ricard.

Et pourquoi certaines conduites gèlent-elles alors que d'autres fonctionnent sans encombre? «Souvent, c'est parce que des véhicules passent là où l'eau passe», lance M. Ricard. Comme la neige est déplacée par les véhicules et le déblaiement, l'isolation qu'elle procure ailleurs sur le terrain est perdue, et le sol gèle plus profondément.

«Aussi, il y a une vingtaine d'années, les gens ne mettaient pas toujours d'isolant. Maintenant, quand on fait un raccordement d'eau, on met tout le temps un isolant de deux pouces d'épais», précise-t-il également.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer