Volte-face sur le prolongement de la rue Chauveau

Pierre Tardif... (Archives La Tribune)

Agrandir

Pierre Tardif

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La rue Chauveau ne sera pas prolongée... pour le moment. Après avoir voté pour l'ouverture de la rue Chauveau jusqu'à la rue Taschereau, il y a deux semaines, les élus du conseil municipal ont fait marche arrière lundi. Il semble que toutes les vérifications préalables nécessaires n'avaient pas été faites, selon le conseiller du district du Carrefour Pierre Tardif.

M. Tardif explique que les terrains nécessaires à l'ouverture de la rue n'appartiennent pas tous au promoteur, tel que l'exigeait la Ville. Une situation dont n'avaient pas été informés les élus avant le vote tenu le 16 février.

« Il y a des gens qui n'ont pas fait toutes les vérifications nécessaires dans ce dossier. Quand nous avons présenté le projet en 2011, nous avons accepté le prolongement à condition que le promoteur achète une propriété au coin de la rue Martin. L'achat devait permettre aux services de passer. En mai 2014, on nous disait qu'il fallait absolument cette acquisition pour que le projet soit conforme. En octobre, le promoteur avisait la Ville que son arrangement ne fonctionnait pas pour acheter la maison », explique M. Tardif.

Une résolution pour approuver le projet a tout de même été adoptée le 16 février. « Le promoteur a reçu une lettre le lendemain disant qu'il ne s'était pas conformé aux exigences de la Ville. J'ai su entretemps qu'un autre lot sur le tracé de la rue appartient à Revenu Québec. Nos services ont donc décidé qu'il fallait abroger ce que nous avions décidé jusqu'à ce que la situation soit conforme. D'après moi, ça peut prendre du temps. »

La situation donne raison au conseiller Pierre Tardif, qui avait demandé à ses collègues de reporter la décision lors du premier vote. « Ça confirme un peu ce que certains conseillers et moi disons quand nous affirmons qu'on nous apporte des dossiers incomplets, ou par bribes, pour prendre des décisions le soir même. »

Rappelons qu'à l'origine, la Ville avait affirmé que la rue Chauveau ne serait pas prolongée avant la construction du boulevard René-Lévesque pour éviter que la rue Martin devienne un raccourci trop achalandé. Le maire Bernard Sévigny avait tenté de se montrer rassurant en suggérant que des aménagements soient réalisés pour empêcher la circulation massive à cet endroit. M. Tardif s'était rallié en précisant que le prolongement de la rue Chauveau n'entraînait pas systématiquement l'ouverture de la rue Martin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer