Denault impatient d'obtenir le rapport origine-destination

Le conseiller municipal Marc Denault demande des comptes au sujet de l'Enquête... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le conseiller municipal Marc Denault demande des comptes au sujet de l'Enquête origine-destination orchestrée en collaboration avec le ministère des Transports du Québec (MTQ) en 2012, mais dont la Ville n'a toujours par obtenu les résultats. Il souhaiterait pouvoir consulter ces données dans la foulée d'importantes décisions de planification que doivent prendre les élus.

« En septembre 2012, on adoptait un règlement pour aller de l'avant avec un projet qui s'appelait Enquête origine-destination. Les résultats devaient être déposés en 2013. Nous n'avons pas eu de nouvelles encore. Nous sommes en train de faire le plan directeur au point de vue du transport actif, autant pour le réseau piétonnier et cyclable, nous travaillons sur un projet sur la rue King Ouest où des sous-traitants ou des consultants sont venus nous faire des présentations avec des chiffres qui datent des années 2010 et même avant. Je pense qu'il serait temps de faire pression auprès du ministère des Transports pour déposer cette étude que nous avons payée chèrement. Nous parlons de 570 000 $. C'est important pour le développement de la ville et les orientations que nous prendrons à plusieurs égards », a lancé M. Denault au conseil municipal il y a deux semaines.

Le président de la Société de transport de Sherbrooke (STS), Bruno Vachon, explique en quoi consiste ladite enquête. « L'objectif est de dresser le portrait des habitudes de déplacements dans la région et l'évolution de ces habitudes dans le temps. Les gens prennent-ils plus leur auto ou le transport en commun? D'où partent-ils et où vont-ils? La pièce maîtresse, c'est de voir de quelle façon les gens se déplacent pour moduler les quartiers. Les trottoirs et les pistes cyclables que nous avons construits sont-ils utilisés? Les gens font-ils plus de covoiturage? Par où passent les automobilistes qui nous arrivent de Magog ou de Coaticook? C'est surtout le service d'urbanisme qui en bénéficiera. »

M. Vachon ajoute que c'est en partie à cause de la STS que le document n'a pas été déposé au conseil. « Nous, ils nous ont fourni un rapport avec un million de chiffres qui ne nous disent absolument rien. Nous voulons que ce rapport-là nous serve. Nous leur avons demandé de préciser. Nous attendons encore après ça, mais nous mettons de la pression. »

L'enquête a bel et bien été menée en 2012. De premiers résultats ont été présentés en juin 2014, mais la STS aurait demandé au ministère des Transports de refaire ses devoirs. « Nous devions avoir les derniers résultats à l'automne ou au début 2015. Nous avons déjà reçu un résumé de ce que contiendrait le rapport. Nous avons déjà des chiffres avec lesquels nous pouvons travailler. Le dépôt public se fera dans les prochaines semaines, au plus tard au printemps. »

La porte-parole du ministère des Transports en Estrie, Nadège Tessier, confirme que le dépôt sera effectué dans les prochaines semaines. Une partie de l'étude menée en ligne aurait connu un taux de réponse insuffisant, forçant le MTQ à reprendre l'exercice.

La dernière enquête avait été réalisée en 2003.

Enfin, Bruno Vachon explique que la STS se dotera bientôt d'un système d'information voyageur avec carte à puce pour accumuler de l'information sur les transports effectués. « Nous pourrons savoir où les gens embarquent, combien de personnes se trouvent dans l'autobus à quelle heure et nous pourrons étudier des possibilités de modulation de tarifs en fonction des heures, par exemple, pour désengorger pendant les heures de pointe. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer