Taxation spéciale à proximité des transports collectifs: contre les objectifs de la STS

Bruno Vachon... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Bruno Vachon

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le président de la Société de transport de Sherbrooke Bruno Vachon affirme qu'il n'était pas au courant, avant que le sujet ne filtre dans les médias lundi, d'un quelconque projet de taxation spéciale pour les citoyens habitant à proximité des transports collectifs.

Le ministre des Transports Robert Poëti avait évoqué cette possibilité lors d'une entrevue accordée à Radio-Canada lundi en mentionnant qu'il pouvait s'agir d'une façon de financer le transport collectif. Il avait fait marche arrière en soirée le soir même dans un communiqué.

« C'était la première fois que j'en entendais parler et j'ai vu que le ministre a reculé. À première vue, peut-être que certains pourraient penser que c'est une bonne idée pour Montréal, mais ce ne l'est pas pour une ville comme Sherbrooke. Nous voulons urbaniser les villes et rentabiliser les infrastructures en concentrant davantage la population. Nous ne voulons pas la pousser vers la banlieue », commente M. Vachon.

Selon le président de la STS, la mesure qu'a proposée brièvement M. Poëti ferait en sorte de travailler contre ces objectifs. « Si on voulait aller dans un mode de taxation spécial, j'espère qu'on nous consulterait avant. Il est certain que les gens se pousseraient des endroits où il y a du transport en commun pour vivre en périphérie. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer