Faculté de médecine de l'UdeS : des professeurs acceptent des concessions salariales

Une entente de principe est intervenue entre l'Université de Sherbrooke et ses... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une entente de principe est intervenue entre l'Université de Sherbrooke et ses professeurs en enseignement clinique de la faculté de médecine, dans le cadre du renouvellement de la convention collective. L'UdeS a du même coup obtenu des concessions, avec le gel du taux horaire des professeurs. À l'instar des autres groupes de professeurs, l'UdeS s'était fixé une cible d'économie de 6,5 % de la masse salariale, dans le contexte des compressions budgétaires exigées par Québec. Cette cible a été dépassée

Martin Buteau, vice-recteur aux ressources humaines et financières, indique que les professeurs en enseignement clinique de la faculté de médecine ont renoncé à la politique salariale gouvernementale (PSG) de 2014 et 2015. Leurs taux horaires sont maintenus jusqu'au printemps 2016. « Ces taux-là n'ont pas bougé depuis mai 2013. Pour l'Université, ça représente une diminution du coût de la masse salariale. »

Compte tenu de multiples éléments, il n'était pas possible de quantifier l'économie exacte.

Les professeurs en enseignement clinique sont d'abord des cliniciens dont la grande partie des revenus est assurée par la Régie d'assurance maladie du Québec (RAMQ). L'effort était inévitable, aux yeux du président de l'Association des professeurs d'enseignement clinique de la faculté de médecine de l'UdeS (APECFMUS), Dr François Cormier.

« L'UdeS a été on ne peut plus transparente en nous convoquant à de multiples reprises, en nous informant des coupes de budget. C'est assez clair que pour l'université, la majorité des dépenses sont les ressources humaines... Et puis, quand on voit ce qui se passe dans la fonction publique... Je vous dirais que pour le gel salarial, on n'a pas attendu que la fonction publique le suggère fortement. »

Des réaménagements ont dû être faits à la convention, notamment parce que la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) a négocié d'inclure à même sa masse monétaire des charges d'enseignement maintenant financées par la RAMQ.

La convention sera en vigueur jusqu'en 2018.

L'UdeS a demandé à ses syndicats des efforts budgétaires d'environ 10 M$ en raison d'un manque à gagner anticipé d'au moins 22,5 M$ en 2015-2016.

Les cibles identifiées varient d'un groupe d'employés à l'autre, en fonction des augmentations obtenues lors du renouvellement de la dernière convention collective.

Les concessions salariales surviennent alors que la majeure partie des contrats de travail seront échus cette année. En 2015-2016, l'UdeS prévoit également des « projets de réingénierie » entraînant des économies de 6 M$.

Le conseil d'administration de l'UdeS a demandé cette semaine à la direction de « tendre vers l'équilibre budgétaire » dans le prochain budget 2015-2016, tout en préservant la mission de l'institution.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer