Le tournage d'un film sur Raif Badawi commence

Luc Côté et Patricio Henriquez... (Archives La Presse)

Agrandir

Luc Côté et Patricio Henriquez

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Le réalisateur Luc Côté espère pouvoir un jour tourner l'arrivée de Raif Badawi à Sherbrooke. Mais d'ici là... Le Sherbrookois d'origine et son collègue, le réalisateur Patricio Henriquez, amorcent le tournage d'un film sur l'histoire du blogueur saoudien, qui vivait jeudi son 1000e jour d'emprisonnement.

Luc Côté et Patricio Henriquez sont les deux coréalisateurs et coproducteurs de Vous n'aimez pas la vérité : 4 jours à Guantanamo, un documentaire sur l'emprisonnement du Canadien Omar Kadhr à la prison américaine de Guantanamo, à Cuba. L'oeuvre, primée, a été vue aux quatre coins du globe.

On doit aussi à Luc Côté une vidéo d'Ensaf Haidar, la conjointe de Raif Badawi, et le film montrant le petit Tirad (Doudi) écrivant à son père, emprisonné en Arabie saoudite. « Ce sont des enfants magnifiques. J'ai une relation avec eux, ce sont des enfants que j'aime beaucoup. »

Le film sera d'au moins une heure, selon ce qui va se passer. Le projet n'a pas de diffuseur pour le moment.

« On ne veut pas attendre, parce que c'est là que ça se passe (...) On est confiant de trouver un diffuseur. » Les deux réalisateurs n'avaient pas de financement au départ pour Vous n'aimez pas la vérité; c'est Canal D qui était venu à la rescousse, de même qu'un ami américain.

Quelles visées peuvent maintenant avoir les réalisateurs? « C'est parce qu'on y croit qu'on fait ça », note-t-il. « On espère qu'on pourra un jour tourner son arrivée à Montréal, à Sherbrooke, mais ce n'est pas le film qui va changer les choses. Quand on voit la parade de monde qui tente de dénoncer la situation, il faut regarder les choses en perspective. Le but, c'est de documenter tout ça. Quand j'ai commencé à m'y intéresser, ce n'était pas un cas planétaire comme ça. »

Luc Côté et Patricio Henriquez ne s'attendaient pas à ce que Vous n'aimez pas la vérité ait une distribution si grande, en 2010.

« On espère que le film aura une grande visibilité. On va y mettre l'énergie. »

«On est conscient que le tournage peut être long, on a le temps devant nous.»


Les aspects abordés seront nombreux; il y aura évidemment la vie familiale. « Il y a une image qui est très belle, quand Ensaf a dit que lorsqu'il va être libéré, elle aimerait aller le chercher en voiture. C'est tellement beau, comme image. » Les femmes n'ont pas le droit de conduire en Arabie saoudite.

Aujourd'hui, les artisans du film iront à la rencontre de personnalités publiques, d'Ensaf Haidar et des enfants. Ils braqueront leurs caméras sur le rassemblement prévu ce vendredi à midi et demi, devant l'hôtel de ville. Aux yeux de Luc Côté, on a rarement vu un tel élan de solidarité ici. 

« Je trouve ça extraordinaire la solidarité qui se passe en ce moment... »

Difficile d'avancer un échéancier. « On est conscient que le tournage peut être long, on a le temps devant nous. On est prêt à attendre... Ce genre de film-là, ça peut prendre, deux, trois ans... »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer