Quartier universitaire: les propriétaires veulent des réponses

Hélène Godin... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Hélène Godin

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Regroupement des propriétaires locataires de Sherbrooke (RPLS) et la Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke (FEUS) s'impatientent et demandent des réponses dans le dossier de la location de chambres dans le quartier de l'Université. Ils ont d'ailleurs déposé une pétition de 550 noms lundi au conseil municipal.

Rappelons que la FEUS et le RPLS ont arpenté le quartier, en décembre, pour recueillir la signature des propriétaires opposés à la règlementation limitant à deux le nombre de chambres pouvant être louées dans les nouvelles maisons de chambres. Les propriétaires louant déjà plus de deux chambres disposent d'un droit acquis dans la mesure où les chambres ne demeurent pas inoccupées pendant plus de douze mois.

La présidente du RPLS Hélène Godin a entre autres demandé au maire et aux conseillers d'amender « tout règlement entourant la location de chambres ou de résidences afin notamment de rétablir la limite de chambres à louer à quatre par logement ». Elle propose aussi de permettre le renouvellement des permis et un maintien des droits acquis même si l'inoccupation excède douze mois.

« Nous demandons de redonner aux propriétaires non occupants le pouvoir qu'il leur revient quant au choix des locataires et les dégager des responsabilités des comportements désobligeants de leurs locataires, qui sont des adultes à part entière. »

Mme Godin a fait valoir que les étudiants ont un impact socioéconomique important pour la ville de Sherbrooke et que le marché locatif des chambres augmente l'accessibilité aux études. Elle soutient que le système fonctionnait depuis 60 ans. « Pour plusieurs, c'est un deuxième projet de vie, une fois que les enfants sont éduqués, de garder la maison et d'avoir un revenu supplémentaire. »

Une rencontre avec la Ville avait été organisée en janvier pour suggérer des pistes de solution. « Nous aurions aimé avoir une suite. Nous aimerions être impliqués à fond et avoir des réponses concrètes sur la possibilité de retrouver ce que nous avons toujours eu dans nos quartiers. »

Le conseiller Jean-François Rouleau a indiqué que c'était une question de temps avant que le dossier chemine. « Il a fallu quelques semaines pour recevoir vos demandes par écrit tel que nous vous le demandions. Nos services sont à les étudier. Ce n'est pas parce que nous ne voulions pas vous revenir. Nous partageons vos préoccupations. Nous voulons garder les étudiants et nous voulons que ça se fasse en sécurité, en cohabitation et dans le respect mutuel. On vous reviendra très bientôt. »

Le président du conseil Serge Paquin a rappelé que toute modification règlementaire devrait passer les étapes habituelles, dont une approbation au conseil.

Une nouvelle rencontre avec le RPLS et la FEUS est prévue au cours des deux prochaines semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer