Planter de l'air pur: le ministre Heurtel vient féliciter les élèves du Triolet

Le ministre David Heurtel a été tellement impressionné par le projet Planter de... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le ministre David Heurtel a été tellement impressionné par le projet Planter de l'air pur en Estrie qu'il a tenu à venir à Sherbrooke pour féliciter lui-même les élèves du Triolet qui y participent.

 David Heurtel... (Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

 David Heurtel

Archives La Presse

Ce projet va en droite ligne avec les ambitions du ministère de l'Environnement pour lutter contre les changements climatiques, a-t-il dit devant un groupe d'élèves inscrits au programme de santé globale.

Depuis le printemps 2009, des jeunes ont planté des dizaines de milliers d'arbres dans la région, façon de faire leur part pour la planète et d'amasser des sous pour leur voyage de fin de secondaire.

«Je vous félicite pour vos efforts. C'est une contribution énorme dans la lutte contre les changements climatiques. Vous êtes un exemple pour tout le Québec», a lancé le ministre libéral, lundi aoprès-midi, devant des élèves attentifs. «Je vais parler de ce projet à travers les médias.»

«Devant les changements climatiques, on ne peut pas ne pas réagir. Il faut le faire maintenant.»

Jusqu'ici, les élèves du Triolet ont planté 88 000 arbres, ce qui représenterait les GES produits dans une année par 4400 voitures. L'objectif est d'atteindre 100 000 arbres cet été, a-t-on répété. Diverses entreprises ont investi dans le projet.

M. Heurtel souhaite que le programme Planter de l'air pur s'étende à d'autres écoles ailleurs au Québec. «Je veux que ça soit élargi à d'autres écoles ailleurs au Québec, a-t-il commenté.

«Il faut que ça se répercute ailleurs sur le territoire.»

Un groupe d'élèves partira la semaine prochaine pour un voyage de ski dans l'Ouest canadien. La plantation d'arbres se transforme en voyage de fin du secondaire. «Planter des arbres, c'est la meilleure manière d'amasser de l'argent pour notre voyage de fin de secondaire», mentionne Jordan Roux.

«C'est mieux que de vendre du chocolat. On gagnait environ 100 $ par jour par élève.»

«Nous avions toujours hâte d'entrer dans les champs pour planter nos arbres. C'était motivant.»

Pour Thomas Canuel-Lévesque, le jeu en valait la chandelle. Le groupe a fait preuve de courage. «C'était beau temps, mauvais temps», assure-t-il. Des fois, le terrain de la plantation était beau, mais des fois c'était de la boue.»

«Pas grave, on y allait quand même.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer