Sévigny réplique aux indépendants: «Le conseil n'a jamais été aussi transparent»

Bernard Sévigny... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Bernard Sévigny

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(Sherbrooke) Le maire Bernard Sévigny balaie du revers de la main les reproches des candidats indépendants à propos de sa façon de gouverner.

« C'est toujours un peu étonnant les critiques sur le plan de la transparence, parce que depuis que je suis à la mairie, le conseil et les comités du conseil n'ont jamais été aussi transparents », soutient M. Sévigny en précisant que c'est depuis son arrivée à la mairie que les comités pléniers se font en présence des médias.

À propos de la place Nikitotek, le maire de Sherbrooke affirme que c'est simplement de la « logique et du gros bon sens » que de penser qu'elle allait déménager.

« Le conseil municipal a accepté de rendre disponible 2 900 000 M$ dans le budget pour le changement de configuration du boulevard des Grandes-Fourches. On a présenté ce projet sur cartes et vidéos. Les membres du conseil sont au courant de tout ce projet. Le pont qui va arriver au centre-ville va passer dans la place Nikitotek. Il faut réfléchir un peu là... Est-ce qu'en 2017, quand on va faire les travaux, on va devoir déplacer la scène ou on va faire les travaux en dessous? C'est juste une question de gros bon sens, c'est certain qu'on va la déplacer » explique-t-il.

«Les quatre conseillers en question se sont opposés au projet. Ils veulent le repousser de façon à ce qu'il n'y ait pas spectacle pendant l'été 201»


Les conseillers Hélène Dauphinais, Annie Godbout, Pierre Tardif... (Imacom, René Marquis) - image 3.0

Agrandir

Les conseillers Hélène Dauphinais, Annie Godbout, Pierre Tardif et Jean-François Rouleau.

Imacom, René Marquis

L'endroit où sera déplacée la scène demeure inconnu, assure M. Sévigny.

Le maire a également affirmé qu'il n'avait pas l'intention de répondre à la demande de M. Rouleau de reporter le vote prévu ce soir sur le protocole d'entente qui liera Québec Issime à Sherbrooke pour les 10 prochaines années.

« Les quatre conseillers en question se sont opposés au projet. Ils veulent le repousser de façon à ce qu'il n'y ait pas spectacle pendant l'été 2015. Plus qu'on repousse, moins sommes nous en mesure de donner le contrat pour le toit. Et s'il y en a pas, il n'y aura pas de spectacle. Les informations seront déposées au conseil et ce sera aux membres de voter », indique-t-il.

Transparence du comité exécutif

En ce qui concerne les accusations de manque de transparence au comité exécutif, le maire réplique qu'il est tout à fait normal que tous les élus ne puissent pas assister à l'analyse de tous les dossiers.

« Tous les membres du conseil ont le droit d'assister aux travaux du comité exécutif, à l'exception de ce qu'on appelle des dossiers d'analyse. Dans ces cas, on discute d'informations sensibles qui peuvent concerner des tiers, personnes ou entreprises privées qui n'ont pas à partager leurs informations sur la place publique. On travaille sur des dossiers très hypothétiques et ça doit demeurer confidentiel. C'est la stratégie de la Ville.

« Philippe Couillard n'invite pas Pierre Karl Péladeau au conseil des ministres. Les adversaires politiques n'ont pas d'affaire au sein du comité exécutif pour les dossiers d'analyse », illustre-t-il.

Droit de parole

De l'avis de M. Sévigny, tous les membres du conseil ont droit de parole et personne ne doit s'exiler pour faire valoir ce droit.

« Chacun des élus peut parler. Ça me fait un peu rire quand M. Rouleau parle que quelqu'un répond, il s'indigne qu'il n'a pas le droit de parole. Bien sûr qu'il a le droit de parole, mais les autres aussi. Ils ont tous le droit de parler. Ils sont élus et ils exercent leur droit. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer