La peur, une menace à la liberté d'expression

Le silence menace davantage la liberté d'expression que les paroles des... (Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(LONGUEUIL) Le silence menace davantage la liberté d'expression que les paroles des individus radicaux. Il faut parfois laisser les gens parler et subir les contrecoups de leurs déclarations dans l'opinion publique. Il s'agit là d'un des constats dressés lors de la conférence sur la liberté d'expression organisée par les politologues de l'Université de Sherbrooke qui se tenait au campus de Longueuil, jeudi, et qui était dédiée à Raif Badawi.

Les politologues Jean-Herman Guay et Mohamed Ourya, qui remplaçait Sami Aoun, malade, le caricaturiste du DevoirMichel «Garnotte» Garneau et la directrice d'Amnistie internationale au Canada Béatrice Vaugrante prenaient part à l'événement, dont les profits ont été versés à Amnistie internationale.

Jean-Herman Guay a entre autres ciblé la peur comme un élément qui menace les libertés en guidant les actions. «Si on regarde les statistiques de Reporters sans frontières, il n'y pas plus de journalistes qui meurent au travail aujourd'hui qu'il y a dix ans. Je crains plutôt que la peur que la liberté d'expression soit menacée nous amène à changer nos comportements», dit-il.

Cette peur, explique-t-il, a mené au ralliement derrière le président Hollande en France. Elle pourrait aussi provoquer la réélection du premier ministre Stephen Harper. «La menace à la liberté d'expression vient peut-être de la banalisation de l'espace politique qui tue le goût de parler et d'écouter, de ceux qui disent par cynisme que les politiciens sont tous des menteurs et qu'il ne vaut pas la peine de les écouter. Quand on me dit qu'il ne faut pas parler de politique, elle est là l'atteinte à ma liberté d'expression.»

Béatrice Vaugrante a pour sa part avoué qu'elle étouffe «dans le consensus mièvre». Elle souhaite qu'on discute, qu'on débatte et que les opinions exprimées puissent refléter l'ensemble des idées de la société.

Un point de vue partagé par le caricaturiste Michel Garneau. «Nous avons besoin de cette liberté d'expression, sinon, ce n'est pas possible de faire notre travail. Ici, nous tenons cette liberté pour acquise, mais dans des pays comme l'Iran, il faut s'expatrier et trouver un moyen de faire entrer les dessins au pays pour être caricaturiste», explique-t-il.

«Souvent, les ennemis de la liberté d'expression, ce sont les grands conglomérats qui regroupent une pensée unique. Les caricaturistes des grands médias, aux États-Unis entre autres, deviennent homogènes dans leurs propos.»

M. Garneau a d'ailleurs comparé les caricaturistes aux serins dans les mines de charbon. Ils sont les premiers à tomber quand la liberté est mise à mal. Il admet toutefois qu'il faut avoir le sens du timingpour pratiquer son métier et qu'il n'est pas toujours opportun de rire d'une situation.

«Même au Québec il y a une ligne à ne pas dépasser. Mais elle est floue, et c'est en jouant avec qu'on réalise où elle est.»

Mohamed Ourya a pour sa part évoqué que le droit au blasphème, reconnu dans les pays occidentaux, est impensable dans certains pays du Moyen-Orient. Il ajoute que l'athéisme, de plus en plus présent dans cette partie du monde, échappe aux pouvoirs politiques et religieux.

Enfin, Béatrice Vaugrante s'est dite rassurée de voir la société civile se mobiliser et poursuivre le combat. «Les droits humains, c'est comme la vaisselle : ça se recommence tout le temps.» Elle a aussi noté que le droit à la dissidence régresse au Canada et qu'il faut s'en inquiéter.

Elle a invité au passage les participants à la conférence à écrire au nouveau ministre des Affaires étrangères Rob Nicholson pour réclamer la libération de Raif Badawi.

La soirée a permis de ramasser plus de 1000 $ pour Amnistie internationale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer