La qualité et la sécurité des soins en péril, disent les manifestantes

Une trentaine de travailleuses de la santé ont profité de l'heure du lunch,... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) Une trentaine de travailleuses de la santé ont profité de l'heure du lunch, mardi, pour dénoncer haut et fort les conditions d'hébergement au pavillon d'Youville du CSSS-IUGS, qui mettent en péril, disent-elles, la qualité et la sécurité des soins.

La goutte qui a fait déborder le vase est le transfert de 10 patients du CHUS vers le centre d'hébergement de la rue Belvédère Sud, dans des chambres inappropriées à leurs conditions, depuis la fin janvier déjà, et sans ajout de personnel.

Deux chambres de quatre lits ont ainsi été aménagées dans des salles destinées aux loisirs, si bien que les personnes âgées ont accès à un évier de cuisine en guise de lavabo et doivent utiliser la chaise-bassine pour leurs besoins. Une de ces chambres est même située en dehors de l'unité de soins, entre l'ascenseur et les portes coupe-feu, s'inquiètent les instances syndicales.

Deux autres lits ont par ailleurs été aménagés dans les deux chambres de fin de vie du Centre d'hébergement d'Youville et sont occupés depuis plusieurs mois déjà.

«Ce sont des politiques de cartable»


Ce qui fait qu'en fin de semaine, une patiente est décédée dans une des chambres à quatre lits, à l'heure du souper, isolée des autres patients par un simple rideau, relate la présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l'Estrie, Marie-Josée Forget, qui a qualifié la situation d'inhumaine autant pour la personne âgée, pour ses proches, que pour l'infirmière qui les accompagnait.

«C'est bien beau l'approche de fin de vie et le concept de vieillir dans la dignité, mais c'est loin de ce qu'on vit sur le terrain», lance Mme Forget.

«Ce sont des politiques de cartable», renchérit la vice-présidente provinciale de la Fédération des infirmières du Québec, Claude Boucher, qui manifestait avec les travailleuses mardi midi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer