Pierre Hébert encense les enseignants

Pour l'humoriste Pierre Hébert, il n'était pas question de laisser passer la... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Pour l'humoriste Pierre Hébert, il n'était pas question de laisser passer la Semaine des enseignants sans rendre hommage à «tous ces profs du Québec qui ont la vocation» et dont la passion d'enseigner a marqué la vie de leurs élèves.

Pour ce faire, il s'est mis au clavier et a pondu un long texte qu'il a placé bien en évidence sur sa page Facebook. Un hommage aux enseignants, mais aussi et surtout à sa conjointe, qui enseigne depuis cinq ans et qui est aujourd'hui en congé de maternité.

«Ça prend des gens passionnés pour faire ce métier... Je le sais parce que je baigne dans l'enseignement depuis que je suis tout petit, dit-il. J'ai des tantes, des oncles et des cousins qui enseignent ou qui sont directeurs d'écoles. Ce n'est pas un métier, c'est une vocation», ajoute l'humoriste.

Et le fait de vivre avec une enseignante n'a fait que confirmer ce qu'il savait déjà.

«Quand ma blonde a eu sa première classe, elle avait reçu un budget de... 300 $ pour toute l'année. Comme la classe n'avait pas de livres, on est parti et on a fait tous les magasins de livres usagés pendant deux jours pour monter une bibliothèque à coup de livre à 1 $ et 2 $. Elle a même sorti de l'argent de ses poches. Et je sais qu'elle n'est pas la seule à faire ça... Le Québec est rempli de profs comme elle.»

Il l'a aussi vu cuisiner des muffins pour que ses élèves puissent se mettre quelque chose sous la dent durant la journée. Il l'a vu quitter l'école bien après les heures de classe, préparer des activités, même la fin de semaine, etc.»

«Quand j'entends le gouvernement dire qu'on peut encore mettre plus d'enfants dans les classes, qu'il y a assez de livres dans les écoles, qu'on coupe dans les budgets, je trouve ça insultant et enrageant.

«J'ai une petite puce qui, un jour, ira à l'école et je souhaite de tout coeur qu'elle tombe sur un ou sur une prof qui aura le feu de l'enseignement, la passion de l'éducation et qui sourira à ma fille à chaque fois qu'elle entrera en classe. J'ai eu la chance d'avoir des profs qui ont changé ma vie. J'espère que nos enfants vont avoir la chance de vivre la même chose. C'est pour ça que j'ai écrit ce texte-là. Pour leur rendre hommage. Ils le méritent tellement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer