«Sauvons AccèsLogis!»

Une centaine de personnes ont marché samedi du... (La Tribune, Camille Dauphinais-Pelletier)

Agrandir

Une centaine de personnes ont marché samedi du parc Racine à l'hôtel de ville pour le maintien du programme d'aide financière AccèsLogis.

La Tribune, Camille Dauphinais-Pelletier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) À la suite de l'annonce par la Société d'habitation du Québec de restrictions au programme d'aide financière AccèsLogis, plusieurs organismes sherbrookois se sont réunis samedi pour demander au gouvernement de s'engager à financer ce programme pour les cinq prochaines années.

Une centaine de personnes ont marché du parc Racine jusqu'à l'hôtel de ville. AccèsLogis permettait jusqu'ici la création d'environ 150 unités de logements abordables chaque année en Estrie, souligne le directeur général de la Fédération des coopératives d'habitation de l'Estrie, Guillaume Brien. « AccèsLogis est le seul programme qui permet de créer de nouveaux logements sociaux et communautaires. On tient vraiment à ce que ça se poursuive », dit-il, rappelant l'ampleur des besoins.

La présidente de l'Office municipal d'habitation, Dominique Raynauld, abonde dans le même sens. « Les besoins sont encore là, même si le privé pense que non puisqu'il y a plusieurs logements vacants. De notre côté, on travaille avec une clientèle qui a des besoins particuliers notamment au niveau social, on offre aussi un milieu de vie, du soutien », dit-elle, nommant par exemple des personnes qui ont des contraintes à l'emploi, des problèmes de santé ou encore les familles nombreuses ou les nouveaux arrivants. « Tout ce beau monde a de la misère à se trouver un logement dans le marché privé. »

Le président de l'Association des locataires de Sherbrooke, Normand Couture, rappelle que 7000 ménages sherbrookois investissent plus de 50 % de leur revenu dans les paiements de loyer, alors que la Société canadienne d'hypothèques et de logement estime qu'à partir de 30 %, les personnes sont à risque d'encourir des problèmes financiers. « Dès qu'ils ont le moindre pépin, ces personnes ne sont plus capables de payer leur logement. Et même si elles réussissent à le payer, ç'a des conséquences énormes sur le reste des achats; la nourriture, les vêtements, les médicaments... »

« En plus, il y a les considérations psychologiques. Le stress que vivent ces personnes au quotidien est épouvantable », ajoute celui qui dit recevoir chaque jour des appels de gens inquiets de ne pas arriver à faire leur prochain paiement de loyer.

Plusieurs appuis

En plus de ces trois organismes qui ont organisé conjointement la manifestation de samedi, la cause a reçu plusieurs appuis. Le promaire de Sherbrooke, Robert Pouliot, était sur place, tout comme le député néo-démocrate Pierre-Luc Dusseault. « L'incertitude autour du programme québécois AccèsLogis place plusieurs coopératives d'habitation de la région dans des situations financières insoutenables. Alors qu'il y a plus d'un million et demi de familles qui sont mal logées au Canada, le gouvernement continue de sabrer dans les subventions qui leur sont destinées », a fait savoir le député.

Plusieurs autres organismes étaient aussi représentés, dont Solidarité populaire Estrie. Une pétition a également été lancée sur le site de l'Assemblée nationale pour maintenir le programme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer