Sami Aoun et Garnotte au profit d'Amnistie internationale

Sami Aoun... (Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Sami Aoun

Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les politologues de l'Université de Sherbrooke organisent une conférence sur le thème de la liberté d'expression dans le but d'amasser des dons pour Amnistie internationale. L'événement se tiendra sous la forme d'un 5 à 7, le 12 février, au foyer du deuxième étage au campus de Longueuil.

Les politologues Sami Aoun et Jean-Herman Guay prendront la parole, de même que la directrice générale d'Amnistie internationale Canada Béatrice Vaugrante. Le caricaturiste Michel Garneau, alias Garnotte, interviendra également.

Le politologue Emmanuel Choquette est l'un des instigateurs du projet. « Il y a deux raisons. La première, fondamentale, est le cas de Raif Badawi qui a suscité un vent de compassion et des actions concrètes dans plusieurs milieux. La deuxième, c'est que mes collègues David Morin et Eugénie Dostie-Goulet et moi avions l'intention de faire un travail de réflexion et d'organiser une conférence sur la liberté d'expression avant même que les événements de Charlie Hebdo nous rattrapent. Avec les événements des dernières semaines, nous nous sommes dit qu'il fallait faire quelque chose.

« Nous nous faisons souvent dire dans le milieu universitaire que nous sommes un peu dans notre tour d'ivoire. Nous nous demandons comment la politique appliquée peut conjuguer la compréhension à l'action. Comment pouvons-nous comprendre ce qui se passe et tracer les contours des impacts, des conséquences, des limites de la liberté d'expression? »

L'idée d'organiser la conférence à Longueuil vise à obtenir une visibilité nationale. « Il était peut-être plus facile aussi d'assurer la présence de Mme Vaugrante et de Garnotte en étant près de Montréal. L'événement prendra la forme d'un 5 à 7. Nous ne voulions pas que ce soit hyper théorique. Nous visions à décloisonner la formule en optant pour un coquetel dinatoire et en joignant une exposition de Dominic Couturier. Chacun des intervenants prendra la parole par rapport à une question liée à son champ d'expertise. Il y aura aussi une période d'échange avec les panélistes et le public. »

Garnotte a offert la caricature publiée au lendemain des attentats de Charlie Hebdo pour l'affiche promotionnelle de la conférence. Il a aussi signé une reproduction qui sera offerte aux enchères.

Les élus sherbrookois, sollicités puisque la famille de M. Badawi est installée à Sherbrooke, ont tous versé une contribution personnelle pour la tenue de la conférence.

Mireille Elchacar, agente de développement régional pour Amnistie internationale, salue l'initiative. « Beaucoup de gens se demandent comment ils peuvent aider. Un événement comme celui-là est le bienvenu parce qu'Aministie internationale ne reçoit aucune subvention. C'est beau de voir tous les appuis. Toutes les résolutions sont les bienvenues et permettent de voir que la population demeure derrière Raif et l'attend à Sherbrooke. »

Et si Raif Badawi était libéré avant le 12 février? « Nous trouverions une bouteille de champagne », lance Emmanuel Choquette.

Pour assister à la conférence, il en coûtera 15 $ pour les étudiants et 25 $ pour les autres. Il est possible de réserver une des 125 places disponibles à reflexion.liberte.expression@gmail.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer