Accueillez les touristes comme s'ils étaient de la famille

Puisque de plus en plus de touristes cherchent des expériences personnalisées... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Puisque de plus en plus de touristes cherchent des expériences personnalisées en entrant en contact directement avec la communauté locale, Sherbrooke devient la première ville québécoise à joindre le réseau international Global Greeter.

Vicky Bélanger... (Imacom, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Vicky Bélanger

Imacom, Maxime Picard

Les citoyens sont invités, par l'entremise de ce réseau, à accueillir des touristes et à les accompagner dans une balade personnalisée d'environ deux heures comme ils le feraient pour des membres de la famille qui visiteraient Sherbrooke.

Destination Sherbrooke a officiellement lancé la plateforme web www.sherbrookegreeters.com pour recruter des hôtes, communément appelés greeters. « Nous cherchons des citoyens âgés entre 18 et 80 ans qui ont une passion, qui aiment quelque chose dans la ville de Sherbrooke et qui veulent le faire découvrir aux touristes. Ça peut être les meilleures places pour la course à pied, les églises, la culture... Il n'est pas nécessaire d'avoir une formation en histoire ou en géographie. Nous cherchons des gens qui aiment rencontrer d'autres gens », explique Vicky Bélanger, superviseure de l'expérience client et responsable du réseau Greeters Sherbrooke.

«Maintenant, les gens veulent vraiment vivre le local, être avec les gens du milieu.»


Les citoyens ne peuvent pas prendre la place d'un guide officiel. Ils ne peuvent pas faire visiter un musée par exemple. Ils ne peuvent pas accompagner un autobus non plus. Le maximum de personnes qu'il est possible d'accompagner à la fois est de six. Pour participer, il faut être en mesure d'offrir une disponibilité d'au moins une demi-journée par mois.

« Maintenant, les gens veulent vraiment vivre le local, être avec les gens du milieu, apprendre des anecdotes et créer des liens. La clientèle est très variée. Les nouvelles générations sont très portées sur ce type de voyage, parce qu'elles veulent découvrir la ville d'une nouvelle façon. La visite est toujours gratuite. Il n'y a pas d'échange de pourboire », ajoute Mme Bélanger.

Le Global Greeter Network a vu le jour à New York en 1992. Sherbrooke devient le 93e réseau Greeters, le troisième au Canada et le premier au Québec. La plateforme existe dans 25 pays. À New York, plus de 7000 visiteurs font appel aux services des quelque 300 greeters annuellement. Ils proviennent non seulement des autres États américains, mais aussi de l'international.

Une ville comparable à Sherbrooke, en France, reçoit une dizaine de demandes par mois l'hiver et une vingtaine l'été.

Ceux qui veulent devenir greeters pourront remplir un formulaire sur le site internet. « Il y a autant de thèmes possibles qu'il y a de personnes. Ceux qui veulent visiter peuvent se rendre sur le site et voir le visage et les passions de greeters. On demande aux visiteurs de remplir le formulaire au moins quatre jours avant d'arriver ici pour nous laisser le temps de faire les liens. »

Vicky Bélanger explique que le réseau Global Greeter n'a rien à voir avec les Couchsurfing, AirBnB et Party with locals de ce monde. « Les greeters ne peuvent pas offrir de la restauration chez eux, ne peuvent surtout pas offrir de l'hébergement, parce que ce n'est pas permis. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer