Portrait du centre-ville... d'ici 2040

Serge Paquin, conseiller du district Centre-Sud, et Jean-Pierre... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Serge Paquin, conseiller du district Centre-Sud, et Jean-Pierre Bertrand, président du comité consultatif de centre-ville 2020, ont répondu aux questions des citoyens lors d'une consultation publique au Théâtre Granada mercredi.

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Dans une formule mi-conférence, mi-talk show, la consultation publique sur le plan directeur d'aménagement durable du centre-ville a permis à plus de 200 citoyens de se mettre au parfum des objectifs des 25 prochaines années pour ce secteur de la ville. Encourager la mixité des usages, densifier la population et gérer davantage les parcs de stationnement font partie des orientations dévoilées.

Les divers intervenants ont tracé un historique du centre-ville et rappelé les réalisations des deux plans directeurs précédents. Celui de 1974 avait entraîné l'installation des marquises. Celui de 1990... leur retrait. Le conseiller du district Centre-Sud, Serge Paquin, a noté l'importance de se doter d'un tel plan. « On ne peut pas improviser chaque année. Il faut une cohérence et une cohésion dans le développement. »

Dany Tremblay, urbaniste et consultant de la firme BC2, a pour sa part expliqué les objectifs réservés aux six pôles du centre-ville. La rue Galt Ouest devra être embellie, notamment avec une façade plus verte, parce qu'il est inconfortable d'y marcher. Il faudra encourager la rénovation de façades dans le secteur Alexandre, où les commerces de proximité et les coopératives d'habitation sont souhaités. Le plateau Marquette pourrait être l'objet d'une plus forte densité de population grâce à la construction de nouveaux immeubles locatifs ou résidentiels. Le patrimoine y sera également mis en valeur, notamment la cathédrale et le Séminaire de Sherbrooke.

Les espaces vacants de la Wellington Sud, davantage orientés vers le culturel et le communautaire, devraient être l'objet de constructions. Le stationnement étagé du Dépôt serait repensé. La mixité résidentielle et commerciale sera dans la mire pour la Wellington Nord, alors que le pont des Grandes-Fourches sera reconstruit légèrement en amont de l'emplacement actuel pour permettre le développement. Une ceinture verte parsemée de sentiers et d'équipements sportifs et culturels longerait les deux rivières.

L'objectif du plan est donc d'ajouter 1650 logements, de doubler la population du centre-ville en attirant 3500 nouveaux résidants, d'ajouter 16 500 m2 de commerces, 50 500 m2 de bureaux et de générer plus de 600 M$ supplémentaires en évaluation foncière. On compte aussi ajouter 800 cases de stationnement, pour atteindre un total de 3700.

Les citoyens s'étant exprimés ont notamment espéré une meilleure uniformité dans l'architecture. Ce à quoi Serge Paquin a répondu que la Ville s'est dotée d'un plan d'intégration architectural des nouvelles constructions.

Denis Lévesque a notamment rappelé que la présence d'une faculté universitaire pourrait être un gage de succès. « Ce serait générateur de beaucoup de choses. C'est effervescent un milieu scolaire. »

Jean-Pierre Bertrand, président du comité consultatif de centre-ville 2020, a expliqué qu'il était peu probable qu'une faculté déménage au centre-ville à court terme. « Toutefois, l'expérience de la coopérative L'Estudiantine est un succès qui donne ses effets », a-t-il commenté.

« En attirant plus de travailleurs et de résidants au centre-ville, nous encourageons la décroissance de l'automobile dans ce secteur », a-t-il ajouté à une question sur le transport.

Luc Marquis a espéré plus d'événements, comme du ski acrobatique dans la côte King ou un loppet de ski de fond sur la rue Wellington. « Ça permettrait aux gens de vivre quelque chose au centre-ville et d'y revenir. »

Il a aussi ajouté qu'on devrait ajouter des embarcations sur la rivière Saint-François, un bateau-mouche peut-être, et qu'il serait agréable d'encourager des musiciens à se produire dans la rue.

Petite ombre au tableau, plusieurs citoyens souhaitaient encore intervenir quand l'animateur a mis un terme à la soirée sur le coup de 21 h 30.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer