Exclusif

Les manèges militaires «en état de détérioration»

Moisissure, infiltrations d'eau, structures vieillissantes et affaiblies,... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Moisissure, infiltrations d'eau, structures vieillissantes et affaiblies, morceaux de murs qui se détachent : les deux manèges militaires de Sherbrooke sont en fort piteux état.

 Simon Hallé... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

 Simon Hallé

Archives La Tribune

« Les manèges de Sherbrooke sont en état avancé de détérioration, pouvant occasionner des dangers pour la santé et la sécurité des employés. Des travaux urgents permettront de les utiliser en toute sécurité à court terme, mais une solution permanente doit être trouvée pour permettre aux unités de continuer à opérer. Les coûts de réparation, si les réparations sont possibles, sont en premières analyses très importants et onéreux, possiblement plus importants que de nouvelles constructions », lit-on dans le Guide de planification des manèges militaires de Sherbrooke de juillet 2011 et dont La Tribune a obtenu copie par le biais de la Loi sur l'accès à l'information.

La Tribune dévoilait en septembre dernier que l'avenir des deux bâtiments militaires restait en suspens à Sherbrooke. « Tout est sur la table » quant à l'avenir des deux bâtiments et, conséquemment, sur l'avenir des quatre régiments sherbrookois, avait alors expliqué le commandant sortant des Fusiliers de Sherbrooke, le lieutenant-colonel Simon Hallé.

«Nous espérons que les travauxseront sur le budget de 2020 du gouvernement.»


Tous les scénarios sont encore étudiés. Il serait par exemple possible de rénover l'un des deux bâtiments - le manège de rue William ou celui de la rue Belvédère - et de détruire le second, de se départir des deux bâtiments pour en construire un nouveau qui abriterait les quatre unités de réserve ou encore de rénover les deux bâtiments. En tout, neuf options sont sur la table.

« Nous espérons que les travaux, que ce soient des rénovations ou une construction, seront sur le budget de 2020 du gouvernement. Il ne nous reste "que" quatre ou cinq ans à attendre, mais il faut que les choses bougent d'ici là si on veut se rendre aux plans et devis en 2020 », explique une source sûre qui connaît bien le dossier.

Un comité a été mis en place pour étudier la question et a tenu sa rencontre de démarrage en mars 2013, selon un autre document obtenu par la Loi d'accès à l'information.

Après plusieurs mois de démarches, il a été impossible d'obtenir une entrevue officielle du côté des Forces canadiennes pour savoir où en était exactement rendu le dossier.

« La Défense nationale évalue présentement les options en ce qui concerne l'avenir des deux manèges militaires à Sherbrooke qui ont besoin de rénovations, mais aucune décision n'a été prise. Je tiens à préciser que le gouvernement est déterminé à assurer la bonne gestion des deniers publics tout en s'assurant que les édifices à caractère patrimoniaux qu'il possède permettent aux Forces armées canadiennes d'accomplir les missions et tâches qui leur sont confiées », s'est contenté d'écrire dans un courriel le capitaine Jean-Pierre Coulombe, officier des affaires publiques."

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer