L'avenir du logement social en péril

Les principaux acteurs du logement social et communautaire en Estrie sont... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Les principaux acteurs du logement social et communautaire en Estrie sont inquiets. Ils craignent de voir le programme AccèsLogis faire l'objet de coupures qui mettraient en péril non seulement l'accès aux logements sociaux, mais aussi la réalisation de certains projets, dont celui de 113 unités prévues cette année à Sherbrooke.

Pour une rare fois, la Fédération des coopératives d'habitation de l'Estrie (FCHE), l'Association des locataires de Sherbrooke, l'Office municipal d'habitation de Sherbrooke (OMHS), le Parallèle de l'habitation sociale et la Table de concertation logement Sherbrooke ont convenu de se mobiliser vers un objectif commun : forcer le gouvernement Couillard à maintenir le financement actuel d'AccèsLogis.

Seul programme au Québec destiné à la construction de logements sociaux et communautaires, AccèsLogis a permis depuis sa création à des milliers de locataires à faible revenu de se loger convenablement à un coût décent, font valoir ses défenseurs. Et ce, dans un contexte où plus du tiers des ménages locataires de la région défraie plus de 30 % de leur revenu pour se loger.

Selon ces organismes, la Société d'habitation du Québec (SHQ), qui gère AccèsLogis, serait sur le point de faire l'objet « d'importants changements » qui pourraient remettre en question son financement ou à tout le moins son fonctionnement.

« On n'a pas de signaux comme quoi AccèsLogis serait à l'article de la mort, mais on veut que son financement soit maintenu pour les cinq prochaines années. D'autant plus qu'ici en région, on va chercher à chaque année une part importante de son financement », rappelle Guillaume Brien, directeur général de la Fédération des coopératives d'habitation de l'Estrie, qui rappelle que chaque dollar investi dans le logement social et communautaire génère des retombées de 2,30 $ dans le milieu.

Crise à la SHQ

Plusieurs indices laissent également croire aux organismes communautaires que le programme AccèsLogis est actuellement dans la mire des mesures d'austérité du gouvernement Couillard. L'un d'eux est « l'état de crise » qui règnerait au sein de la SHQ, selon Normand Couture, de l'Association des locataires de Sherbrooke, et Dominique Raynauld, de l'OMHS.

« Récemment, le directeur général de la SHQ a rencontré notre association nationale, le FRAPRU, pour lui dire qu'il tablait sur deux programmes : le supplément au loyer privé et qu'il remettait en question le programme AccèsLogis. C'est à partir de ce moment-là que nos craintes se sont manifestées », a exprimé M. Couture.

« On a actuellement des projets qui sont prêts et qui n'attendent que la signature des fonctionnaires, mais ceux-ci nous disent qu'ils ne peuvent pas les signer », ajoute Mme Raynauld.

Une pétition en ligne ainsi qu'une marche prévue le samedi 7 février à partir du parc Racine ont été mises sur pied pour forcer le gouvernement Couillard à préserver le financement de ce programme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer