Un plan pour rendre la rue King Ouest attirante

Les Sherbrookois, invités à rêver leur centre-ville l'an dernier, étaient... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Les Sherbrookois, invités à rêver leur centre-ville l'an dernier, étaient appelés à se projeter dans l'avenir à nouveau, mercredi, en rêvant cette fois au futur de la rue King Ouest, entre le pont Montcalm et la rue Wood. La quarantaine de participants ont suggéré d'uniformiser l'affichage commercial, de créer un lien entre la promenade du Lac-des-Nations et la rue King Ouest ou de créer des îlots de stationnements pour éliminer le stationnement en bordure de rue.

Leurs idées ont été consignées pour en arriver à la réalisation d'un plan directeur d'aménagement et de développement de la rue King Ouest, qui devrait être déposé au début de l'été pour une adoption en février 2016.

« Nous voulons recueillir les propos des gens pour voir ce qu'ils identifient comme forces et faiblesses pour la rue King Ouest. Nous leur demandons comment ils voient la rue dans 10 ans, 15 ans. Nous avons invité 1700 personnes qui sont directement impactées par la rue King Ouest. Comme ils y passent tous les jours, ils sont le son de cloche que nous avons besoin d'entendre avant d'aller plus loin », a expliqué la présidente de l'arrondissement Jacques-Cartier, Chantal L'Espérance.

« Le fait de permettre aux gens de rêver leur ville tout en étant réalistes, parce qu'il y a des contraintes topographiques et patrimoniales, nous permettra d'embellir la rue King. Parce qu'il faut être honnête, on ne peut pas dire que c'est beau la rue King. Quand on arrive de la 410, c'est un peu comme une pizza all dressed. Il y a de tout dans le champ visuel. Commerce Sherbrooke a identifié la rue King Ouest, du boulevard Bourque jusqu'à la rue King Est, comme la colonne vertébrale commerciale de Sherbrooke. Si on veut qu'elle soit prospère, vivante, attractive, qu'il y ait une ambiance, il faut qu'on ait quelque chose de plus attirant. »

Mme L'Espérance qualifie le secteur de névralgique, avec les 40 000 véhicules qui y circulent chaque jour. « Nous voulons faire quelque chose d'harmonieux et faire en sorte d'amener des résidences, de faire en sorte que des gens aient envie de vivre là. On dit que le développement commercial réussit bien si des gens habitent le secteur. Nous irons à la hauteur de nos moyens, parce que l'argent est rare, et en même temps, il faut éviter de refaire les erreurs du passé et éviter de défaire dans cinq, dix ans des choses qu'on a mal planifiées. »remue-méningesÀ l'issue d'un remue-méninges, plusieurs idées ont émergé. Certains souhaitent diminuer le transit dans les rues résidentielles. D'autres se sont montrés contre une voie réservée au transport en commun. Plusieurs souhaiteraient voir apparaître des réverbères semblables à ceux du centre-ville.

Éliminer les stationnements dans les parcs, réduire la circulation à une voie de chaque côté, avec une troisième voie au centre pour les virages, et ajouter une traverse pour piétons entre les rues Vimy et Bryant ont aussi fait partie des suggestions. C'est sans compter la synchronisation des feux de circulation... et l'ajout d'un escalier mécanique pour grimper la côte King.

Les grandes idées donneront maintenant naissance à une ébauche de plan, qui sera présenté à nouveau en consultation publique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer