Victoire acquise pour les syndiqués du Manoir Sherbrooke

La victoire des syndiqués du Manoir Sherbrooke est acquise face à leur... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La victoire des syndiqués du Manoir Sherbrooke est acquise face à leur employeur, l'homme d'affaires Eddy Savoie.

Le délai pour en appeler de la décision de la Cour supérieure, donnant raison à une soixantaine de syndiqués de la CSN, est expiré pour le propriétaire des Résidences Soleil.

Ce dernier pouvait faire appel de ce jugement avant le 22 janvier à minuit, a noté la centrale  syndicale lundi matin.

M. Savoie devra par conséquent se plier à la décision rendue le 20 juin 2014 par l'arbitre André Ladouceur obligeant le riche propriétaire à rembourser quelque 80 000$ prélevés illégalement et rétroactivement à ses salariés, en plus de payer sa part des soins dentaires comme prévu dans l'actuelle convention collective, a noté Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie.

«M. Savoie aurait pu se contenter, dès le départ, de rembourser les 80 000$ qu'il a obstinément et illégalement refusé de débourser.»


«Nous applaudissons le geste de monsieur Savoie de ne plus contester la décision arbitrale», a affirmé M. Beaudin, en présence de quelques employés de la résidence pour personnes âgées.

«Mais M. Savoie aurait pu se contenter, dès le départ, de rembourser les 80 000$ qu'il a obstinément et illégalement refusé de débourser. Pour lui, dont la fortune personnelle dépasse les 2 milliards $, ce n'était peut-être pas grand-chose. Mais pour les salarié-es, dont la rémunération est sans commune mesure avec celle de leur patron, il est évident que les effets négatifs financiers de telles procédures juridiques ont été extrêmement difficiles à vivre.»

La CSN reprochait à Eddy Savoie d'avoir cessé unilatéralement de payer sa part de l'assurance dentaire pour une soixantaine de salariés. Il refilait ainsi la totalité du coût de la prime d'assurance dentaire à ses employés, prime qu'il devait assumer à 50%. Dans une décision rendue le 20 juin dernier, l'arbitre André Ladouceur l'a condamné à rétablir sa part puis à rembourser les salariés.

Le 22 décembre dernier, les syndiqués ont remporté une deuxième victoire contre l'homme d'affaires dans leur lutte pour lui faire payer sa part du plan d'assurance couvrant les soins dentaires. Le propriétaire des Résidences Soleil Eddy Savoie n'a pu faire tomber la décision d'un arbitre qui lui ordonnait de rembourser des dizaines de milliers de dollars à ses employés du Manoir Sherbrooke. Sa requête en révision judiciaire, qui avait été plaidée en novembre dernier au palais de justice de Sherbrooke, a été rejetée par la juge Suzanne Mireault de la Cour supérieure.

Le syndicat est confiant de voir Eddy Savoie payer la somme. Une rencontre doit avoir lieu à ce sujet cette semaine avec la partie patronale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer