La FADOQ inquiète pour les piluliers

Le projet de loi 28 inquiète la FADOQ-Estrie, qui croit que certaines... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Le projet de loi 28 inquiète la FADOQ-Estrie, qui croit que certaines dispositions contenues dans celui-ci pourraient avoir un sérieux impact sur le service de préparation des piluliers offert aux aînés.

Avec le projet de loi 28, qui vise à modifier la rémunération des pharmaciens, Québec souhaite économiser 133 millions de dollars.

La FADOQ-Estrie soutient ne pas vouloir s'immiscer dans le processus de consultation, mais tient à rappeler « le caractère quasi essentiel de ce service dans le maintien d'une bonne gestion de la santé des aînés ».

« Le pilulier est [...] l'outil de choix pour qui doit prendre plusieurs médicaments à différents moments de la journée, mais aussi pour ceux qui doivent gérer les ordonnances d'un grand nombre de personnes, comme c'est le cas dans les résidences pour aînés », souligne la FADOQ-Estrie.

« Les aînés ont besoin de ce service sans augmentation de coûts, point à la ligne. L'accès aux piluliers ne doit pas être compromis. Une gestion inadéquate des médicaments fait courir de grands risques aux aînés, c'est connu. Pour certains d'entre eux, il en va de leur autonomie », renchérit le président Réjean Audet.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer