Les coups de tambour résonnent pour Raif Badawi

Plus d'une centaine de personnes se sont réunies... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Plus d'une centaine de personnes se sont réunies vendredi midi pour exiger la libération de Raif Badawi dont la femme et les enfants sont réfugiés à Sherbrooke.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Semaine après semaine, le nombre de personnes qui manifestent devant l'hôtel de ville de Sherbrooke le vendredi pour que Raif Badawi soit libéré grandit.

Cette semaine, ils étaient plus d'une centaine à exiger, tous en coeur, la libération du blogueur saoudien.

Comme à l'habitude, 50 coups de tambour ont résonné pour symboliser les cinquante coups de fouet que doit recevoir le blogueur. Précisons toutefois que ceux prévus vendredi ont une fois de plus été reportés en raison de l'état de santé de M. Badawi.

Pierre-Luc Dusseault, député du Nouveau parti démocratique à Sherbrooke, était présent à la manifestation. Il est revenu sur la rencontre survenue hier entre le ministre John Baird et le prince saoudien Turqi al Faisal al Sauld, dans le cadre du Forum économique mondial à Davos.

« Il reste à savoir si la situation de M. Badawi a fait partie des discussions. Jusqu'à présent, la réaction du gouvernement fédéral a été très timide. On parle d'un communiqué de presse de la part du ministre [John Baird] et du bureau de la liberté de religion. J'espère sincèrement qu'il en a été question lors de cette rencontre parce que ce serait inacceptable que l'on mette dans considérations économiques devant des considérations humaines », affirme le député du NPD.

Selon lui, la tenue de manifestations à Ottawa, près des bureaux de Stephen Harper, pourrait avoir une influence importante sur ce dernier et l'inciter à prendre la parole dans ce dossier.

« En termes diplomatiques, rien n'est aussi fort que la réaction d'un premier ministre. S'il pouvait aller vers son homologue en Arabie saoudite, ça ne pourrait être que positif pour faire bouger les choses », estime M. Dusseault.

Le député sherbrookois du Parti libéral, Luc Fortin, était également présent devant l'hôtel de ville. Selon lui, le gouvernement québécois s'implique activement dans le dossier du blogueur saoudien.

« M. Couillard s'est entretenu avec M. Baird aujourd'hui (vendredi) et il a été question de la situation de M. Badawi. On me dit que ç'a été une bonne discussion », affirme-t-il.

M. Fortin a également rappelé la rencontre de Philippe Couillard avec l'ambassadeur saoudien au Canada.

« M. Couillard lui a exprimé toutes ses préoccupations, mais également qu'advenant la libération de Raif Badawi, nous étions prêts à l'accueillir au Québec et à le réunir avec toute sa famille », ajoute-t-il.

La femme de Raif Badawi, Ensaf Haidar, ainsi que Mireille Elchacar, coordonnatrice chez Amnistie internationale, étaient absentes lors de la manifestation de Sherbrooke.

Soulignons que pour la première fois, une manifestation en l'honneur du prisonnier d'opinion avait également lieu à Thetford Mines vendredi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer