Moisson Estrie perd un allié important avec la fermeture de Target

La fermeture du Target ne fait pas uniquement le malheur de sa clientèle et de... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La fermeture du Target ne fait pas uniquement le malheur de sa clientèle et de la centaine d'employés qui perdront incessamment leur gagne-pain. L'entreprise a comme politique de verser 5 pour cent de ses profits à la collectivité et certains organismes de bienfaisance estriens souffriront de cette fermeture. C'est le cas de Moisson Estrie dont la moitié de l'approvisionnement local en denrées alimentaires provenait du Target du Carrefour de l'Estrie.

Geneviève Côté... (Archives La Tribune, Jessica Garneau) - image 1.0

Agrandir

Geneviève Côté

Archives La Tribune, Jessica Garneau

« C'est avec une grande tristesse que nous avons appris la fermeture du Target. Cela représente une grosse perte pour nous », commente Geneviève Côté, directrice générale de chez Moisson Estrie.

Boîtes endommagées, produits congelés ou frais sur le point d'être périmés étaient expédiés à Moisson Estrie une fois par semaine par le grand magasin. En un an, ce sont 45 000 kilos de denrées alimentaires que l'organisme sherbrookois oeuvrant à réduire la faim et la pauvreté a reçus, ce qui représente 5000 sacs d'épicerie.

Étant donné que les gens qui s'adressent à Moisson Estrie repartent en moyennes avec 4 ou 5 sacs, cette contribution représente entre 1000 et 1200 dépannages.

« On est en deuil, en quelque sorte, car nous avions pris goût à ces donations », ajoute la directrice générale.

Moisson Estrie a des ententes avec une quinzaine d'épiceries et commerces sherbrookois, dont Walmart et Tigre Géant, qui lui fournissent des denrées alimentaires. Ces produits sont directement remis aux familles dans le besoin ou cuisinés par l'organisme avant la redistribution.

Moisson Estrie reçoit également des produits du réseau des Banques alimentaires du Québec. Target fournissait environ 25 % de l'ensemble des denrées reçues, à l'échelle locale et provinciale.

« En plus des dons alimentaires, l'équipe de Target nous a aussi offert du temps sous forme de bénévolat. La personne responsable était très engagée et soucieuse de bien comprendre notre réalité pour mieux nous aider. Nous avions une belle collaboration », relate Mme Côté.

Le refuge de Notre-Dame-des-Bois, un organisme à but non lucratif qui se consacre au bien-être des animaux perdus, abandonnés ou errants, souffrira également de la fermeture du Target de Sherbrooke puisque c'est ce refuge qui recevait les surplus de nourriture animalière périssable.

« Pour nous, c'est triste. Ces dons de nourriture hebdomadaire représentaient environ 10 à 15 pour cent de l'alimentation de nos animaux », explique Diane Leduc, la responsable du refuge qui héberge et soigne une cinquantaine de chats.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer