Cité-Jardin: l'opposition s'élève contre le projet

Le projet Cité-Jardin, qui vise l'implantation d'une épicerie et de services... (Photo fournie)

Agrandir

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le projet Cité-Jardin, qui vise l'implantation d'une épicerie et de services liés à la santé au coin de la rue Prospect et du boulevard Lionel-Groulx, divise les citoyens et les élus. Des citoyens ont une fois de plus fait part de leurs inquiétudes, lundi au conseil municipal, et trois conseillers ont voté contre l'adoption d'un second projet de règlement.

Rappelons que le promoteur, le Groupe Custeau, avait présenté une deuxième mouture de son projet en novembre. Une première séance d'information, en avril 2014, avait reçu un accueil très hostile des résidants des rues Émile-Zola et Charles-Beaudelaire.

Michel Bédard, un résidant de la rue Charles-Beaudelaire, déplorait que la zone concernée passe d'un pôle de voisinage à un pôle de quartier. « Nous ne voulons pas que notre quartier résidentiel devienne un quartier commercial, parce que nous sommes déjà adjacents à deux pôles suprarégionaux, soit le Carrefour de l'Estrie et le plateau Saint-Joseph. Nous ne sommes pas contre un développement économique, mais il doit être harmonisé aux besoins de la population. »

Le conseiller Marc Denault a été le premier à tenter de freiner l'adoption du second projet de règlement. « À la lumière de la soirée de consultation, je dois inscrire ma dissidence. Il y avait 140 personnes présentes au conseil d'arrondissement. Parmi les intervenants, trois étaient favorables, en incluant le promoteur, sur une vingtaine d'interventions. Il y avait beaucoup de questions sur la vitesse dans les rues, sur l'offre commerciale et l'impact sur les rues avoisinantes. »

Christine Ouellet, qui représente le district concerné, ne partageait pas la même vision. « J'aimerais apporter quelques nuances. Les trois personnes qui étaient pour agissaient comme représentants de beaucoup plus que trois personnes favorables. Il y a beaucoup de gens qui sont pour, il y en a qui sont contre, et c'est aux citoyens de décider. J'invite ceux qui ont des questions à contacter le service des affaires juridiques. »

Annie Godbout s'est aussi montrée favorable. « Je me demande si les pôles de quartier visent davantage une clientèle de jeunes familles. Avoir un marché d'alimentation très près des résidences permet de gagner du temps. On peut aussi envoyer nos jeunes faire des commissions à pied. Pour l'urbanisme moderne axé sur la mobilité active, ça prend des projets comme celui-là et ça en prend plus. »

Hélène Dauphinais, a joint le camp des dissidents. « J'enregistre ma dissidence par appui aux gens qui ont manifesté leur désaccord à un changement de zonage et en pensant aux gens qui ne sont pas dans les zones contiguës. Ceux-là n'auront pas voix au chapitre mais ça modifiera la dynamique du quartier. »

Jean-François Rouleau a également voté contre, mais la poursuite du processus a été approuvée à 16 contre 3. Les citoyens pourront donc maintenant remplir un formulaire, du 22 au 30 janvier, pour demander la tenue d'un registre.

Pour avoir droit au chapitre au moment d'un éventuel référendum, les citoyens des zones contiguës à celle où se situe le projet doivent demander la tenue d'un registre et signer ledit registre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer