Marie-France Bélanger: «On a besoin d'un coup de main»

Marie-France Bélanger... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Marie-France Bélanger

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Techniquement, le Cégep de Sherbrooke a un déficit qui est presque «structurel», estime la directrice de l'établissement, Marie-France Bélanger. Or, celui-ci n'est aucunement lié à une mauvaise gestion, mais plutôt à plusieurs facteurs, dont six vagues de coupes en quatre ans, souligne-t-elle à la suite d'un article de La Presse qui révèle que le quart des cégeps de la province sont en déficit.

Le quotidien qualifiait la situation de particulièrement inquiétante au Cégep de Sherbrooke en raison de l'ampleur de son déficit, qui «frôle le million». Selon le quotidien montréalais, d'après les exercices financiers se terminant au 30 juin 2014, «les déficits des 12 cégeps totalisent tout près de 4 millions, soit en moyenne 333 000 $».

Au Cégep de Sherbrooke, avec l'utilisation d'une partie de son solde de fonds pour éponger son déficit, celui-ci oscille autour d'un demi-million$. «Évidemment, je ne connais pas la situation de tous les autres collèges», note Mme Bélanger, lorsqu'on l'interroge sur la situation.

«Je ne sais pas comment on va faire. On a coupé beaucoup, on a réorganisé... Ce n'est pas dû à une mauvaise gestion», note Mme Bélanger. «On a pas mal gratté les fonds de tiroir. Il faut qu'on nous aide un peu, qu'on ne nous coupe pas les vivres chaque fois!»

Craint-on une mise sous tutelle? «On va éviter ça. Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'on a besoin d'un coup de main pour maintenir la mission et les services de soutien aux étudiants», dit-elle en soulignant que le Cégep a vécu trois restructurations majeures au fil des ans.

Actuellement, la loi interdit aux cégeps de la province de se retrouver en déficit. L'institution sherbrookoise s'attend à devoir produire un plan de redressement pour Québec.

La baisse démographique et la diminution des revenus autonomes de l'institution affectent également sa situation financière. L'établissement a pris une panoplie de mesures, dont une coupe d'une vingtaine de postes, afin de faire face au contexte budgétaire.

Quelque 50 000 étudiants sortent annuellement des cégeps avec leur diplôme d'études collégiales en poche.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer