Le prochain virage du centre-ville

Le centre-ville de Sherbrooke est appelé à se transformer au cours des 25... (IMACOM, René Marquis)

Agrandir

IMACOM, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le centre-ville de Sherbrooke est appelé à se transformer au cours des 25 prochaines années. En dévoilant les grandes lignes du plan directeur d'aménagement durable du centre-ville vendredi, Commerce Sherbrooke a mis en évidence les outils qui guideront toutes les décisions concernant le centre-ville pour plusieurs années. Création d'une ceinture verte près de la rivière Saint-François, construction de bâtiments multifonctionnels et aménagements d'espaces publics figurent parmi les orientations.

«Le plan vise à répondre aux besoins des générations présentes sans compromettre la possibilité pour les générations futures de répondre à leurs besoins. C'est un outil à la décision. Ce n'est pas un plan de construction. Nous proposons une stratégie de mise en oeuvre avec des indicateurs de performance. Nous avons divisé le centre-ville en six secteurs d'intervention», explique Dany Tremblay, urbaniste et consultant de la firme BC2.

Les six secteurs d'intervention sont ceux de la rue Dufferin, de la rue Wellington Nord, de la rue Wellington Sud, de la rue Alexandre, du plateau Marquette et de la ceinture verte le long de la rivière Saint-François.

«Dans les cinq dernières années, la population du centre-ville a augmenté d'environ 10 %. Nous voulons maintenant densifier plusieurs secteurs, dont celui de la rue Dufferin, grâce au déplacement du boulevard des Grandes-Fourches et à la création d'un programme d'accès à la propriété au centre-ville. Dans un horizon de 25 ans, nous souhaitons doubler la population du centre-ville en ajoutant 1650 nouveaux logements», précise M. Tremblay.

Des immeubles de bureaux et des commerces seraient aussi ajoutés. La reconfiguration des stationnements de la Grenouillère et Meadows permettraient aussi d'ajouter des commerces sans sacrifier une seule case. Les stationnements étagés et sous-terrains seraient privilégiés. Un escalier pourrait par ailleurs être construit entre la rue Wellington Nord et le plateau Marquette.

«Il faut tirer profit de la géographie exceptionnelle du centre-ville avec la création d'une ceinture verte et l'ajout d'espaces récréatifs et sportifs. L'ajout de parcs et de places publiques contribue à l'embellissement, ce qui attire les investissements privés», ajoute encore Dany Tremblay.

«Ce n'est pas le premier plan directeur dont Sherbrooke se dote. En 1974, le premier plan avait permis la construction des marquises, du palais de justice et de la bibliothèque Éva-Senécal. En 1990, le second plan avait entraîné l'enlèvement des marquises, le développement du coin Belvédère et King et l'aménagement des sentiers de la gorge. Malgré cette embellie, le développement du centre-ville demeure un enjeu. L'élément le plus spectaculaire devrait être la reconstruction du pont des Grandes-Fourches», commente le conseiller du Centre-Sud Serge Paquin.

Le président de Commerce Sherbrooke, Louisda Brochu, précise que le plan directeur tient aussi compte des besoins des commerçants. «Surveillez votre publisac du 21 janvier. Le document résumant le plan directeur sera distribué dans 68 000 foyers. Nous convions la population à une consultation publique, un grand événement festif, le 4 février au Théâtre Granada. De nombreuses surprises sont au programme.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer