Prison Winter: une étude de marché imminente

Une étude de marché devrait être menée sous peu pour déterminer le potentiel... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une étude de marché devrait être menée sous peu pour déterminer le potentiel des concepts suggérés pour redonner vie à la prison Winter. La Régie du bâtiment du Québec aurait par ailleurs approuvé un plan de rénovation de l'édifice qui pourrait permettre sa réouverture dans le but d'y organiser des visites guidées.

Le public n'est plus admis dans l'enceinte de la vieille prison pour des raisons de sécurité. La Tribune a appris que la stratégie soumise pour la réouverture, qui n'est pas nécessairement calquée sur la norme actuelle, a été approuvée. Elle vise la sécurité, la résistance au feu, la capacité d'évacuation et la salubrité.

La décision est tombée le 18 décembre dernier. Ladite stratégie nécessiterait des investissements minimes, tandis qu'une remise en état complète de la prison coûterait quant à elle près de 4 M$ selon les résultats d'une étude récente sur la dégradation de l'établissement. L'ancien président de la Société de sauvegarde de la vieille prison, Jacques Dezainde, estimait en août que 150 000 $ seraient suffisants pour rendre l'édifice de nouveau accessible.

Le directeur général de la Société d'histoire de Sherbrooke, Michel Harnois, continue de croire au potentiel de l'ancienne prison. Celui qui a mené une séance de consultation auprès d'amateurs de jeux de rôle et de jeux vidéo, en septembre, pour connaître la faisabilité d'un concept s'approchant du grandeur nature, espérait effectuer une annonce en début d'année.

« La réalisation de l'étude de marché n'a pas pu être réalisée encore, donc la confirmation d'un projet pour la prison Winter est reportée. Les démarches ne sont toutefois pas annulées. Les derniers mois m'ont permis de rédiger le plan d'affaires et de préciser certaines choses. L'étude se fera dans les prochaines semaines », explique-t-il.

Outre le scénario des jeux de rôle, M. Harnois suggère toujours des visites guidées autonomes ou avec guides. « Le défi est toujours d'offrir un même produit qui plaira à un large public. Nous savons que les jeux de rôle risquent de ne pas séduire tout le monde, alors il faut aussi trouver autre chose. »

L'étude de marché permettra d'établir un plan d'action. « Les résultats nous permettront d'amorcer des démarches auprès de partenaires privés ou publics. Pour ce faire, nous devons être en mesure d'évaluer l'achalandage que générerait chaque activité. »Il est donc beaucoup trop tôt pour fixer une date de réouverture pour la prison. « Il y a trop de choses que nous ne contrôlons pas. Le pire des scénarios serait de vendre une idée et qu'elle ne se réalise pas. Je préfère rester sur mes gardes, mais ça ne m'empêche pas de travailler. Je veux arriver avec un produit d'impact qui aura un fort potentiel récréotouristique. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer