«Au nom des musulmans, on condamne ce qui s'est passé en France»

« Au nom de tous les musulmans, on condamne tout ce qui vient de se passer en... (Photo AP)

Agrandir

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) « Au nom de tous les musulmans, on condamne tout ce qui vient de se passer en France. C'est un acte qui vise la liberté d'expression et c'est un moyen illégal, que de faire la loi soi-même... »

 Mohammed Kounna... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

 Mohammed Kounna

Archives La Tribune

Comme il l'a fait pour tous les actes terroristes commis au nom de l'Islam ces derniers temps, Mohammed Kounna s'est dit consterné par l'attentat du Charlie Hebdo. En tant que président de l'Association culturelle islamique de l'Estrie (ACIE), M. Kounna parle au nom de quelque 4500 musulmans. Et pour lui, de tels actes de violence n'ont pas leur place dans une société de droits.

Également propriétaire d'une épicerie halal, rue Belvédère Sud, M. Kounna dit avoir dû composer hier avec les réactions intempestives de certains clients outrés par les événements survenus quelques heures auparavant.

« Oui, plusieurs clients nous ont exprimé leur mécontentement. On essaie de baisser la tension en leur expliquant qu'on ne doit jamais mettre tous les oeufs dans le même panier, que c'est une infime minorité et non pas tous les musulmans, qui agissent ainsi. »

«La liberté d'expression a des limites. Pas seulement au Québec ou en France, mais partout dans le monde.»


M. Kounna est toutefois plus nuancé lorsqu'il est question de liberté d'expression, comme celle que revendique Charlie Hebdo en publiant des caricatures du prophète Mahomet.

« La liberté d'expression a des limites, dit-il. Pas seulement au Québec ou en France, mais partout dans le monde. En tant que musulman, lorsqu'on s'en prend au prophète sous prétexte de la liberté d'expression, c'est grave. Et il y a des risques de répercussions. Je ne dis pas que je suis d'accord avec ce qui s'est passé, au contraire. Je dis que là où il y a liberté d'expression, il doit aussi y avoir du respect. Sinon, n'importe qui peut dire n'importe quoi. Il doit y avoir certaines limites, c'est tout... »

Cela dit, Mohamed Kounna reconnaît que la montée de l'intégrisme n'épargne aucune société. C'est pourquoi il rappelle que le Québec et le Canada doivent demeurer vigilants à cet égard.

Une main a d'ailleurs été tendue vers le gouvernement du Québec pour mettre sur pied une fédération de mosquées pour que les jeunes entendent les mêmes prêches partout et pour identifier et aider les jeunes susceptibles de tomber dans l'extrémisme, rappelle-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer