Les permis du restaurant Overflow suspendus pour six jours

Le restaurant l'Overflow est de nouveau sanctionné par la Régie des alcools,... (Photo Facebook)

Agrandir

Photo Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le restaurant l'Overflow est de nouveau sanctionné par la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ). Pour des infractions commises en mai 2014, moins d'un mois après que le propriétaire eut pris des engagements écrits auprès de la Régie, tous les permis d'exploitation seront suspendus pour une période de six jours.

Les faits reprochés à l'établissement concernent la vente de boissons alcooliques, le bruit et la « surcharge du nombre d'occupants ». Dans le jugement rendu le 16 décembre, il est possible de lire qu'il a été constaté, dans l'établissement, la vente, le service et la consommation de boissons alcooliques sans repas. Le propriétaire Simon Homans, qui ne possédait pas à ce moment le permis pour ce genre de service, s'était pourtant engagé à ne vendre de l'alcool qu'en accompagnement d'aliments suffisants pour constituer un repas.Le même soir du 4 mai, le Service de police de Sherbrooke a enregistré une plainte de bruit formulée par un voisin.

On pouvait compter plus de 150 personnes sur place, alors que le permis n'accorde que la présence de 82 personnes. Le propriétaire s'était engagé à garder les portes et fenêtres situées à l'arrière du bâtiment fermées de 15 h à 11 h le lendemain.Lors de l'audience, le 27 octobre, Simon Homans a admis les faits qui lui sont reprochés. Il a ajouté qu'il avait obtenu en juillet « les permis de bar avec autorisation de spectacles sans nudité et bar sur terrasse ».

Il a par ailleurs expliqué que son restaurant avait été réservé par la communauté yougoslave pour une collecte de fonds, le 4 mai 2014. « Il dit qu'il avait alors fait préparer à l'avance des plats où chacun pouvait se servir. Par contre, il ne faisait aucune vérification à savoir si tous s'alimentaient enconsommant un verre d'alcool », lit-on dans la décision de la RACJ.

Il allègue aussi qu'un client était sorti par une porte arrière, laquelle était demeurée ouverte, ce qui explique la musique audible de l'extérieur.« Lors de soirées plus achalandées, [un employé] a pour tâche spécifique de vérifier régulièrement si celle-ci demeure fermée. Depuis l'événement, une clé est requise pour ouvrir cette porte. »Dans sa décision, la Régie tient compte de la récidive en matière d'infraction pour le bruit.« Les soussignées sont d'avis qu'une suspension de 6 jours des permis exploités apparaît raisonnable et justifiée dans les circonstances », lit-on dans las décision de la Régie.

M. Homans a pris l'engagement verbal de respecter en tout temps la capacité permise par ses permis de bars et de restaurants.Joint lundi, Simon Homans a affirmé qu'il s'attendait à une telle décision. Il ne pouvait toutefois pas confirmer à quel moment son commerce sera fermé. « Les événements sont survenus au début de l'été, mais le nouveau permis est arrivé en juillet. Si l'événement était arrivé un peu plus tard, il n'y aurait pas eu de problème. Depuis juillet, nous n'avons plus de problèmes. Avec la terrasse à l'avant, il n'y a plus de plaintes l'été. »

M. Homans a affirmé qu'il profiterait de la fermeture temporaire pour effectuer des rénovations.L'Overflow avait déjà été sanctionné par la RACJ en juillet 2013. Une suspension de permis pour sept jours et une restriction des heures d'ouverture de la terrasse avaient été imposées. En 2012, la Ville de Sherbrooke avait délivré des billets d'infraction totalisant 18 000 $ pour des plaintes de bruit à l'Overflow, alors que la terrasse était située à l'arrière.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer