Le premier bébé de l'année a pris tout le monde par surprise

La petite Juliette Pharand a pris tout le... (IMACOM, René Marquis)

Agrandir

La petite Juliette Pharand a pris tout le monde par surprise en devenant le bébé de l'année 2015 en Estrie, en naissant prématurément à minuit sept minutes le 1er janvier.

IMACOM, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Véronique Daigle était loin de se douter que sa fille deviendrait le bébé de l'année 2015 en Estrie. La petite Juliette Pharand, née prématurément à minuit sept minutes le 1er janvier, a pris tout le monde par surprise.

Hospitalisée depuis trois semaines pour un placenta praevia (une condition qui survient lorsque le placenta ne se place pas au bon endroit et qui complique une grossesse), Mme Daigle avait finalement obtenu congé de l'hôpital à temps pour le jour de l'An. «J'avais eu mon congé hier [le 31 décembre] pour aller manger en famille. J'ai quitté l'hôpital à 16 h, et aux alentours de 18 h 30, j'ai commencé à perdre un peu de sang, donc je suis retournée à l'hôpital pour faire monitorer le bébé», relate-t-elle.

En chemin pour le CHUS-Fleurimont, la Granbyenne a commencé à ressentir des douleurs dans la voiture, mais rien d'assez alarmant pour empêcher son conjoint Olivier Pharand de retourner par la suite à Granby avec Antoine, le fils du couple, âgé de deux ans et demi.

Une demi-heure plus tard, de grosses douleurs annonçaient le décollement du placenta : il fallait faire une césarienne d'urgence. Mme Daigle a donc rappelé son conjoint, et à 22 h 45, elle était sur la table d'opération, pour une intervention qui durerait près de trois heures.

«Les infirmières m'avaient encouragée lorsque j'étais partie de l'hôpital en me disant qu'il ne m'en restait pas long... effectivement, il ne m'en restait pas long!» lançait en souriant Mme Daigle le 1er janvier.

Juliette est donc née à 34 semaines et 4 jours, alors que la césarienne planifiée pour sa naissance devait avoir lieu un peu plus d'une semaine plus tard. Le bébé de 5 livres et 9 onces a été installé en néonatalité le jour de sa naissance. «Ça va bien, son poids est correct, mais au niveau des poumons, pour respirer, elle a besoin d'air un peu», expliquait sa mère.

Drôle de coïncidence : Juliette partagera son anniversaire avec son grand frère Viktor, aujourd'hui âgé de 9 ans, aussi né un 1er janvier. Il était pour sa part le deuxième bébé de l'année à Granby lors de sa naissance.

Partir 2015 du bon pied

Les Pharand-Daigle n'espéraient évidemment pas avoir le bébé de l'année 2015, puisqu'ils souhaitaient que la grossesse se déroule normalement jusqu'à la date prévue de la césarienne. Néanmoins, Mme Daigle voit dans cette naissance un symbole du renouveau espéré pour 2015.

«Rendue à la salle d'opération, quand on me disait que j'aurais peut-être le bébé de l'année, je me suis mise à vouloir qu'il naisse en 2015. L'année 2014 n'a pas été facile, j'ai eu une grossesse difficile», souligne-t-elle.

À l'échelle de la province, le bébé de l'année 2015 est la petite Elsa Naccarello, qui a vu le jour à l'hôpital Royal Victoria de Montréal à minuit et 18 secondes.

À Québec, ce sont les jumeaux Alice et Paul qui sont arrivés les premiers à minuit 34 et minuit 43 au Centre hospitalier de l'Université Laval.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer