Employés municipaux : la masse salariale, l'enjeu pour 2015?

Jean-François Lapointe... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Jean-François Lapointe

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les employés de la Ville de Sherbrooke ne sont pas surpris que les élus espèrent plus de pouvoir pour contrôler leur masse salariale. Identifiée comme la plus importante source de dépenses lors du dernier budget municipal, la masse salariale sera certainement l'objet de discussions corsées au cours de la prochaine année.

Rappelons qu'au moment du dépôt du budget, le conseiller Julien Lachance avait suggéré d'imposer un gel salarial de deux ans, à l'instar des propositions du gouvernement du Québec, à ses employés, le temps d'identifier des solutions pour réduire la pression sur le budget. Le président du comité exécutif Serge Paquin avait alors rappelé que la Ville ne dispose pas des outils nécessaires pour encadrer les salaires. Sa collègue Nicole Bergeron avait pour sa part livré un plaidoyer pour que la Ville exige ces outils auprès du gouvernement du Québec.

La rémunération représente 34,6 % du budget 2015, à tout près de 95 M$. Les charges sociales ajoutent 25 M$ à cette somme.

Le porte-parole de la Coalition des employés municipaux de la ville de Sherbrooke, Jean-François Lapointe, ne sourcillait pas particulièrement devant ces propos. Il préférait prendre du recul pendant la période des Fêtes pour revenir avec une stratégie en janvier.

«Même lorsque les maires se sont présentés à Québec pour la commission parlementaire sur le projet de loi 3, ils disaient qu'ils souhaitaient aller dans cette direction. C'est loin d'être une surprise. Il faudra prendre le temps de nous asseoir avec la Coalition syndicale pour la libre négociation pour déterminer si nos orientations seront communes. Non seulement on veut nous couper dans notre régime de retraite, mais il n'y aura plus de limites. Actuellement, nous ne sommes pas heureux de la loi 3 ni de ce que nous avons entendu sur les conditions salariales.»

M. Lapointe a rappelé que le lien de confiance est brisé entre les employés municipaux et la Ville de Sherbrooke.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer