Un dernier voyage pour Arturo

Arturo Sanchez... (Courtoisie)

Agrandir

Arturo Sanchez

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Depuis une semaine, il s'en trouve plusieurs à dire que la rue Frontenac ne sera plus jamais la même. Depuis sept jours, ils sont de plus en plus nombreux à se manifester dans l'espoir d'offrir un dernier voyage à Arturo Sanchez.

La communauté latine de Sherbrooke, les amis et les collègues d'Arturo ont combiné leurs efforts depuis qu'ils ont appris la triste nouvelle de son décès samedi dernier afin d'amasser des fonds qui permettraient de retourner la dépouille du Cubain d'origine à Las Tunas, auprès des siens.

«Ses parents sont démunis là-bas et ils aimeraient évidemment bien ça avoir le corps de leur fils pour pouvoir faire leur deuil à leur tour, explique l'un des copropriétaire du Loubards et ami d'Arturo Sanchez Aguilar, Christian Fournier. Il doit subir un embaumement spécial, parce qu'il prendrait l'avion, il y a les frais de transport jusqu'à l'aéroport et les frais de transport par avion. Ça avoisine les 6000 $. Tout le monde essaie de mettre son énergie en commun pour essayer de rapatrier le corps là-bas.»

Une page Facebook «En hommage à Arturo Sanchez» a officiellement été créée mardi dernier dans le but de rediriger les gens qui souhaitent faire un don vers les bonnes personnes. Un compte en fiducie sera d'ailleurs créé mardi pour éviter tout doute sur l'utilisation des dons. Le groupe espère rapatrier le Cubain après le 10 janvier. En date de vendredi, près de 1000 $ avaient déjà été amassés. Les messages, eux, continuent également d'affluer.

«C'est quelqu'un qui avait une joie de vivre incroyable, signale quant à lui Alain Tahan. C'était le meilleur collègue de travail avec qui travailler, parce que peu importe ton humeur, il était toujours souriant et enjoué. C'était quelqu'un de vraiment bien.»

Au Loubards, bar de la rue Frontenac où Arturo travaillait depuis environ cinq ans, en plus d'avoir un coffre pour amasser les dons des gens, on a également décidé d'organiser une journée de type Habana-café en son honneur, dimanche, à compter de 14 h. Pour les amis, les collègues, les proches et tous ceux qui ont été touchés par le sourire d'Arturo, il s'agira d'un bon moment pour lui faire un dernier adieu, indique Christian Fournier à propos de celui qui s'est enlevé la vie à l'âge de 32 ans.

«Ce qu'on a décidé de faire, c'est de boucler la boucle, parce qu'il faut le faire un moment donné afin de pouvoir passer à autre chose. C'est un processus de deuil pour tous ses proches et tout le monde qui a connu Arturo. C'est une soirée en hommage à Arturo.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer