Noël à la Villa Marie-Claire

Phallon Dubé est mère monoparentale de cinq enfants.... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Phallon Dubé est mère monoparentale de cinq enfants.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) La Villa Marie-Claire célébrait Noël, mercredi dernier, avec une trentaine de parents qui ont recours à ses services et tout autant d'enfants. La Villa Marie-Claire a pour mission d'offrir des services spécialisés de réadaptation à des parents qui éprouvent des difficultés graves d'adaptation pendant la grossesse après l'accouchement et durant la période de la petite enfance. La Tribune a rencontré quelques familles ayant des parcours différents, mais aussi des points communs. Voici leur récit.

Phallon Dubé a 28 ans et est mère monoparentale de cinq enfants. La première fois qu'elle donne la vie, elle a 16 ans. Elle vit à l'époque chez sa grand-mère qui la met à la porte à l'annonce de sa grossesse. «Elle m'a dit qu'elle avait déjà élevé sa fille. Puis les filles de sa fille, alors elle n'allait pas recommencer encore une fois», raconte-t-elle.

C'est pour cette raison que Phallon déménage pour la première fois à la Villa Marie-Claire. Elle y séjournera aussi lors de sa deuxième grossesse. Et bien qu'elle habite maintenant seule dans un appartement avec sa progéniture, elle reçoit encore le soutien d'intervenantes qui lui rendent visite une fois par mois. Pour lui donner des conseils et lui fournir des outils.

«Le service à domicile m'aide vraiment. Par exemple, grâce à elles, j'ai pu rencontrer un psychologue pour un de mes gars qui est vraiment intense.»

Phallon n'a jamais eu de relation avec son père. Sa mère, qui l'a aussi eue à 16 ans, avait des problèmes de toxicomanie et d'agressivité. C'est pourquoi elle a perdu la garde de Phallon et de sa petite soeur qui ont été prises en charge par la grand-mère maternelle, après quelques séjours en familles d'accueil.

À 16 ans, Phallon n'est pas déçue de tomber enceinte. «C'était un petit peu un accident, j'avais un nouveau conjoint, mais j'étais prête. J'avais déjà vécu ma vie de jeunesse.

«Oui, ç'a été difficile parce que j'étais jeune. Mais j'ai juste essayé de ne pas répéter les mauvaises expériences que j'avais vécues dans ma jeunesse», témoigne-t-elle.

«En même temps, j'ai toujours su que j'allais être mère et toujours voulu avoir une grande famille», ajoute-t-elle.

Le plus beau cadeau qu'elle veut offrir à ses enfants, c'est d'être une mère présente. Et pour cela, elle s'oblige à aller chercher de l'aide quand elle n'est pas capable de tout faire seule.

«À l'inverse, le plus beau cadeau que les enfants peuvent me faire est d'être heureux et bien dans leur peau», relate Phallon.

La jeune femme espère terminer son secondaire 5. Elle le fera peut-être à partir de la Villa Marie-Claire qui offre un service de scolarisation en collaboration avec l'école Saint-Michel. Après, elle aimerait aller au cégep et ultimement devenir psychologue.

Kim Charbonneau a 21 ans et est mère d'une fillette de 4 ans, Madison. La jeune mère participe à ce programme scolaire de la Villa afin de terminer son secondaire 5.

«Je participe pour avoir un cours, avoir des aptitudes, pour offrir un avenir à ma fille et m'offrir un avenir à moi aussi», explique la mère monoparentale qui souhaite devenir infirmière auxiliaire.

Tous les parents et les enfants s'étaient mis chics pour le réveillon de la Villa Marie-Claire où le père Noël est venu distribuer des cadeaux. Madison et Kim ne font pas exception, même si le temps des Fêtes ne ramène pas uniquement de bons souvenirs pour la maman de 21 ans.

«Chez nous, les Noël, c'était de la marde. J'avais tous les cadeaux que je voulais sous le sapin, mais pour l'essentiel, l'amour, c'était pas parfait», confie-t-elle.

«À ma fille, je veux offrir autre chose. Du temps en famille, un bon repas. Je ne veux pas l'acheter avec des choses, mais gagner son respect autrement», ajoute Kim.

Les valeurs qu'elle souhaite lui transmettre en cadeau sont simples. «Je veux qu'elle sache que la famille est importante. Je veux qu'elle s'aime, se respecte et apprenne à être autonome, c'est la base», explique Kim précisant qu'elle est consciente de l'importance de faire les bons choix depuis la naissance de Madison.

Jeunes mamans ou pas. Elles veulent le meilleur pour leurs enfants. Enfants de jeunes femmes ou pas, ils aiment les réveillons! Celui de la Villa Marie-Claire était rempli d'amour et d'espoir d'avenirs heureux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer