Bacs à compost et à déchets dans le même camion

Une citoyenne de la rue Lajeunesse, dans le secteur Fleurimont, est demeurée... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Une citoyenne de la rue Lajeunesse, dans le secteur Fleurimont, est demeurée coite jeudi en voyant le camion à ordures ramasser dans une même collecte les bacs noirs et les bacs bruns. Croyant à une erreur, elle s'est convaincue du contraire en constatant que le même manège se répétait aussi chez ses voisins.

« Ce n'est pas normal qu'on mette les deux bacs dans le même camion. J'ai appelé à la Ville et on m'a répondu que la décision avait été prise parce qu'il n'y avait pas assez de camions adaptés aux conditions hivernales », rapporte la citoyenne Johanne Émond.

« Pourquoi on fera payer les citoyens pour avoir trois bacs différents si au bout du compte, un seul serait nécessaire? Il y a une incohérence », déplore-t-elle.

À la Ville de Sherbrooke, on confirme que le contenu d'une centaine de bacs bruns, au maximum, aurait été ramassé par un camion à ordures jeudi matin. Francis Lepage, chef de secteur à la gestion des matières résiduelles, explique qu'une telle situation n'aurait pas dû se produire.

« Nous avons un contremaître attitré aux opérations de collectes. Le matin, il discute des activités de la journée lors d'une réunion avec les employés. Le mois de décembre est celui où nous changeons la fréquence des collectes et nous fonctionnons à effectif réduit. Parce qu'il neigeait, que le secteur Fleurimont est vallonné et qu'il voulait s'assurer d'offrir le service de collecte pour tout le territoire au cours de la journée, il a donné la directive de collecter les déchets et les matières organiques dans un même camion », commence M. Lepage.

«Nous nous excusons auprès des Sherbrookois. Ils sont sensibilisés et participent très bien au programme de collecte à trois voies.»


Le problème, c'est que le contremaître n'est pas autorisé à prendre des décisions de cette nature. « Il doit valider avec moi, qui suis chef de secteur, ce qui n'a pas été fait. Quand il m'a informé, je lui ai tout de suite dit qu'il ne peut pas prendre ce genre de décision. J'ai aussi envoyé le mot d'ordre d'arrêter la collecte combinée. Il était environ 9 h du matin, donc nous avions une heure de faite sur les dix qu'a duré la journée de travail. On évalue à une centaine le nombre de bacs bruns qui avaient déjà été levés... »

Dans le même sens, Francis Lepage peut difficilement évaluer la quantité de matière organique qui a été envoyée au centre d'enfouissement.

« Nous nous excusons auprès des Sherbrookois. Ils sont sensibilisés et participent très bien au programme de collecte à trois voies. Nous avons travaillé fort pour implanter le programme. Ce n'est pas quelque chose sur lequel nous voulons reculer. Nous priorité est le tri à trois voies et nous devons suivre les engagements de la Ville. Même si nous avions vidé un seul bac brun dans un camion à ordures, ç'aurait été un bac de trop. »

Francis Lepage assure enfin que les camions sont adaptés pour l'hiver et que les chauffeurs sont habitués à composer avec les conditions hivernales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer