Couches lavables: la Ville invitée à rétablir l'aide

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La décision d'abolir le programme de subventions pour les couches lavables continue de faire réagir. Au Chaton vert, une boutique en ligne qui vend des couches lavables, on compte inviter les utilisateurs de ces produits à faire pression sur la Ville de Sherbrooke.

Catherine Duval-Lacombe abonde dans le même sens que les parents ayant dénoncé les plus récentes coupes, lundi dernier au conseil municipal. « Nous vendons des couches lavables depuis mars. Elles coûtent 160 $ pour un ensemble. La subvention de 100 $ faisait toute la différence pour plusieurs de nos clients. Ce ne sont effectivement pas que des granos ou des écolos qui utilisent les couches lavables. Il y a toute une communauté autour de ça. »

Mme Duval-Lacombe cite notamment le groupe Accros aux couches lavables de l'Estrie, actif sur Facebook. « Les couches jetables ne sont plus des linges beiges avec des épingles à couche. Elles sont beaucoup plus belles... Nous avons d'ailleurs pensé envoyer des photos de nos enfants avec leur plus belle couche lavable directement à la Ville pour montrer l'importance du programme. »

Elle ajoute que les 150 subventions offertes par la Ville avaient été épuisées en septembre, avant la fin de l'année, « ce qui en dit long sur l'intérêt qui lui est porté. Avec la subvention de 100 $, ça signifie que les familles à faible revenu peuvent mettre un enfant propre pour 60 $. Plusieurs personnes avaient d'ailleurs acheté leurs couches lavables après septembre et avaient gardé leurs reçus pour profiter de la subvention en 2015 ».

Catherine Duval-Lacombe convient néanmoins qu'il existe deux clientèles qui profitaient du programme : les moins bien nantis et les « accros ». Elle admet aussi que plusieurs optent pour une utilisation mixte, soit les couches lavables la fin de semaine et les couches jetables au CPE. « Même si c'est le cas, ce sont 50 % moins de couches qui sont envoyées au site d'enfouissement. C'est dommage que Sherbrooke abandonne le programme. Je ne crois pas que ces 15 000 $ auraient déséquilibré le budget. »

Rappelons que les conseillères Nicole Bergeron et Christine Ouellet ont laissé entendre que les élus s'étaient peut-être trompés en abolissant le programme.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer